GB: quand le nouveau leader de l’UKIP considère Poutine et El-Assad comme les alliés des britanniques face à la menace terroriste


UKIP

Le 28 novembre 2016, Paul Nuttall a succédé officiellement à Nigel Farage à la tête de l’IKIP, le Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni. Ses positions de certaines affaires s’éclaircissent progressivement.

En effet, Nuttall n’a pas hésité à dénoncer clairement le soutien du gouvernement britannique aux rebelles syriens en considérant qu’une coopération avec le président russe Vladimir Poutine et le président syrien Bachar El-Assad est favorable au Royaume. A ce propos, il a déclaré : «La Grande-Bretagne s’est trompée en aidant les soi-disant rebelles», avant d’ajouter qu’el-Assad ne présente pas «une menace pour le monde équivalente au terrorisme islamiste».

Par ailleurs, il a déjà souligné que Poutine «prend de bonnes décisions dans plusieurs régions » dont le Moyen-Orient,qu’il soutient ses opérations en Syrie et que les alliés des britanniques dans leur lutte contre le terrorisme ne sont pas les rebelles mais plutôt Poutine et El-Assad.

Toutefois, le nouveau leader de l’UKIP, parti conservateur eurosceptique et anti-immigration a indiqué qu’il n’a jamais soutenu Donald Trump durant sa campagne et qu’il considère certains de ses propos comme épouvantables. Par ailleurs, il a proposé d’établir une relation spéciale avec le 45ème président américain puisque ce dernier est, tout comme son parti, favorable au Brexit.

Rappelant que Nuttall, âgé de 39 ans est connu pour avoir appelé à un référendum contre l’avortement ainsi que ses positions septiques vis-à-vis les changements climatiques.


Lire aussi
  1. Tunisie – Crash de l’avion russe au Sinaï : Pourquoi Poutine reconnait-il, maintenant que c’est un attentat terroriste ?
  2. Quels secrets Poutine a-t-il divulgué à Bachar al-Assad à Moscou ?
  3. Bachar al-Assad se rend à Moscou pour remercier Vladimir Poutine pour son soutien
  4. Poutine fait faux pas à Assad?
  5. Poutine appelle à accentuer la pression internationale sur le régime d’Al-Assad

Commentaires: