Societe

45 mille tonnes de viandes blanches provenant de l’abattage anarchique présentent un risque sanitaire

La chambre syndicale nationale des abattoirs de volailles a appelé les citoyens à s’approvisionner en viande blanche, dans les circuits de distribution contrôlés et d’éviter la consommation des volailles produites clandestinement.

La Chambre a prévenu, au cours d’une rencontre tenue mardi à Tunis, que les volailles produites clandestinement présentent un risque sanitaire évident, alors que la moitié des besoins du pays en volailles qui s’élèvent à 90 mille tonnes annuellement soit 45 mille tonnes, provient de l’abattage anarchique.

Le citoyen doit prendre conscience, selon les professionnels du secteur, des dangers de la consommation des volailles produites clandestinement, en s’abstenant d’acheter  ces produits douteux, en vue de limiter la propagation de ce phénomène, en augmentation après le 14 janvier 2011.

M. Rached Lahmer, président de la chambre, a précisé que seuls les abattoirs agréés sont aptes à produire des volailles conformes aux normes sanitaires internationales, lesquelles respectent les conditions d’hygiène et l’intérêt du consommateur.

Le nombre des abattoirs agréés en Tunisie s’élève à environ 30 abattoirs, en plus de trois autres en cours de construction dans les régions de Menzel Temime, Bir Ben Khlifa et Jbeniana.

M. Lahmer, a  ajouté  que les volailles produites clandestinement présentent un risque sanitaire pour le consommateur, parce qu’elles ne sont pas soumises à toutes les phases de contrôle, et notamment la phase de ressuage, pour éviter la prolifération des bactéries.

Il a précisé que les volailles provenant des circuits de distribution contrôlés se caractérisent par la couleur de leur chair, tirant vers le jaune alors que les poulets égorgés sans contrôle, affichant une couleur blanche due à l’utilisation de l’eau de javel par les commerçants, pour éliminer les bactéries.

Une étude réalisée par la chambre, montre que le fait de tremper les volailles dans l’eau chaude pour les déplumer, provoque l’infiltration de l’eau, sous la peau, ce qui engendre le gonflement et l’augmentation du poids de volaille.

M. Riadh Karma, directeur général du groupement, a précisé, de son côté, que l’augmentation des prix des viandes blanches, revient, essentiellement, à l’accroissement des coûts des fourrages sur les marchés mondiaux, sachant que le coût des fourrages représente 70 pc du coût de la production.

Source: TAP

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com