A la une

Loi Anti-tabagisme: A quoi servent les textes sans application!

« En raison des dégâts dont beaucoup de locaux ont été victimes pendant la Révolution et la conjoncture économique actuelle, la loi anti-tabagisme n’a pas pu être appliquée sévèrement cette année», c’est ce que Mme Mounira Nabli, coordinatrice nationale du programme national de lutte contre le tabagisme (PNLCT), a déclaré à Tunisienumerique en parlant de l’article 5 du décret n° 2009-2611 du 14 septembre 2009, qui “interdit de fumer dans les restaurants dont la superficie des locaux fermés ne dépasse pas 50m² et dans les débits de boissons de première catégorie dits buvettes, sauf si des emplacements réservés aux fumeurs dans ces locaux sont aménagés sans que la superficie de ces emplacements puisse dépasser 15m².”

“Des campagnes de sensibilisation contre le tabac, seront organisées dans les écoles, sur les lieux de travail, etc. Il y aura , également, une évaluation des spots audiovisuels, afin de choisir l’action la plus efficace et en même temps la moins coûteuse” a-t-elle ajouté.

“Le tabagisme provoque chaque année le décès de 7 000 personnes en Tunisie, soit une moyenne de 20 décès par jour”, explique Dr Mounira Nabli.

Entre 2009 et 2010, le PNLCT a contribué à la réduction en Tunisie, de 3,5 %  de la  population de fumeurs qui compte 1 700 000 personnes âgées de 10 à 70 ans. Ce résultat a été favorisé par la généralisation des consultations d’aide au sevrage tabagique dans les centres de santé de base à travers toutes les régions et la formation de 250 médecins dans ce domaine. De plus, des substituts tabagiques sont fournis avec une réduction de 20 % du prix.

Rappel de la loi anti-tabagisme

Parce qu’il constitue un grand problème pour la Santé publique, le tabagisme a été, depuis plus de dix années l’objet d’une loi, c’est la loi n°98-17 du 23 février 1998 relative à la prévention des méfaits du tabagisme. Cette loi, entrée en vigueur une année plus tard, vise à protéger les fumeurs passifs et interdire toute publicité du tabac.

En effet, la justice tunisienne est appelée à appliquer cette loi dont un bref rappel s’impose. La loi anti-tabagisme n°98-17 stipule dans l’article 2 qu’il est interdit de faire d’une manière directe ou indirecte de la propagande ou de la publicité pour le tabac. L’article 4 interdit tout vente de tabac aux mineurs et l’article 8 impose l’apposition, sur la couverture extérieure, de la composition intégrale du tabac, l’article 10 interdit de fumer dans les lieux collectifs.

Le décret n°98-2248 du 16 novembre 1998 fixe les lieux affectés à l’usage collectif dans les lesquels il est interdit de fumer. Dans son article 3, ce décret précise la possibilité d’aménager des espaces réservés aux fumeurs ; enfin, son article 13 explique les sanctions encourues la première fois et en cas de récidive.

Un adolescent sur 10 déclare être fumeur

Selon une enquête, annoncée par l’Agence Tunis Afrique Presse , prés de 1/5 des adolescents scolarisés âgés de 13 à 15 ans,  notamment des garçons, ont essayé au moins une fois la cigarette.

Un adolescent sur 10 déclare être fumeur au moment de l’enquête. 61,3 % ont commencé à fumer à l’âge de 11 ans.  En outre l’accessibilité à la cigarette ne semble poser aucun problème pour ces adolescents puisque la quasi totalité peut s’en procurer dont les 2/3 de manière indirecte.

Par ailleurs, 15,3% des élèves ont essayé la chicha (Narguilé), au moins une fois. 30% des élèves enquêtés s’adonnent à la chicha chez eux et 40.8% d’entre eux dans les cafés.

La moitié des élèves ont au moins un parent ou un camarade fumeur et un adolescent sur 10 a un père qui fume la chicha.

L’enquête fait ressortir également que la moitié des adolescents sont exposés au tabagisme passif à travers leurs parents ou d’autres personnes.

Mais face à ce dangereux phénomène il n y a pas une loi qui interdit la vente du tabac aux mineurs. Le Dr. Nabli, dans ce contexte, met l’accent sur le rôle des parents qui doivent servir de modèles pour leurs enfants et cesser de fumer en leur présence.

Afin de mieux cerner le problème et renforcer la lutte contre le tabac, un séminaire national aura lieu aujourd’hui, à Tunis, sur ” La lutte anti-tabac : réalités et perspectives “.

L’application de la loi anti-tabac en Tunisie et les nouvelles techniques de sevrage seront les principaux thèmes inscrits à l’ordre du jour.

Une Journée portes ouvertes a également été organisée, dimanche 29 mai, au centre culturel El Menzah 6.

Au programme de cette journée, un concours de dessins pour enfants âgés de 8 à 12 ans, deux ateliers sur l’éducation sanitaire et la mesure du CO (évaluation du degré d’intoxication tabagique).

Par ailleurs, des forums animés par des médecins spécialistes seront diffusés sur les radios nationales et régionales.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut