Abir Moussi [vidéo] : « Nous allons porter plainte contre Farhat Errajhi »

Abir Moussi a annoncé, en marge de la conférence de presse organisée aujourd’hui au plais du Bardo, que le parti Ennahdha est « illégal ».

D’après la députée, Ennahdha n’a pas respecté les dispositions de la loi organique n° 88-32 du 3 mai 1988 organisant les partis, qui était en vigueur à l’époque et d’après laquelle l’existence même de ce parti serait remise en question.

En effet, la déclaration de la formation a été signée par Rached Khriji le 28 Janvier, alors qu’il n’est rentré en Tunisie que le 30 du même mois. La députée a d’ailleurs procédé à la comparaison de la signature sur le document avec celle que Rached Ghanouchi utilise à l’ARP.

La signature a donc été falsifiée d’après Moussi, qui ajoute que certains fondateurs du parti ont été emprisonnés pour de longues périodes, notamment Hamadi Jebali et Ali Larayedh. Or, la loi de l’époque interdisait aux personnes condamnées à trois mois de prison et plus de former un parti politique.

La députée a aussi signalé que la même loi imposait que les fondateurs d’un parti politique ne doivent jouir d’aucune nationalité autre que tunisienne. Ceci n’a pas fait l’objet de vérifications, a-t-elle ajouté.

Le ministère de l’Intérieur, dirigé à l’époque par Farhat Rajhi, s’est contenté d’une déclaration sur l’honneur qui n’a été signée que par Samir Dilou et Noureddine Bhiri en leur qualité d’avocats, a déclaré Moussi.

Elle a expliqué que le ministre de l’Interieur est tenu de faire les vérifications nécessaires avant l’octroi d’une autorisation pour la formation d’un parti politique et qu’à cet effet, le PDL va poursuivre Farhat Rajhi en justice.

Leave a Comment

Cliquez pour s'abonner à nos notifications