Algérie : L’élection de Tebboune met un point final aux projets des islamistes

Les résultats des élections présidentielles algériennes qui se sont déroulées hier, ont eu un effet de douche froide sur les islamistes en Algérie et ailleurs.

En effet, Abdelmajid Tebboune, qui a raflé  plus 58% des voix, dès le premier tour des élections est un pur produit de l’Etat algérien moderne et civil. Ennarque issu de l’école d’administration algérienne, économiste chevronné et commis de l’Etat, ayant occupé des postes clés à tous les niveaux de la hiérarchie, le dernier étant celui de premier ministre en 2017. Il est aussi le candidat du FLN, parti au pouvoir dans le pays.

Tebboune surclasse le candidat des islamistes, Ben Gurina, le président du mouvement islamiste « Al binaa al islami », derrière lequel tous les islamistes ont tenté de mettre leur poids, mais sans résultats.

Le message clé des résultats de ces élections est multiple :

D’abord,malgré les protestations qui s’éternisent dans le pays, depuis des mois, exigeant le départ du régime, la « majorité silencieuse », a dit son mot et a refusé le projet des obscurantistes, faisant part de son attachement à l’Etat civil et moderne et sa confiance dans le parti qui a arraché libéré le pays.  Ce qui laisse entendre que, contrairement aux apparences et à l’impression grandiose qu’ont voulu donner les manifestations qui ont ébranlé le régime, il ne s’agissait point de la majorité.

Ensuite, quels que soient leurs horizons politiques, les algériens ont encore une fois dit « Non » aux islamistes et à leurs projets pour le pays et la région. Il faut dire que les souvenirs des années noires en Algérie sont toujours d’actualité.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut