Algérie : VIDEO : Bouteflika : D’accord pour un deuxième round du « printemps arabe », mais çà se fera à notre manière !

Dans une lettre adressée à la nation, juste après le dépôt de sa candidature, et lue en son nom par son chef de campagne électorale, le président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika s’engage, s’il est réélu par le peuple algérien lors des prochaines élections, à entreprendre six points fondamentaux pour le pays et son avenir :

Premièrement, l’organisation d’une conférence nationale et indépendante, à laquelle sera confié l’objectif d’étudier et de proposer un plan de réforme profond, et complet, du système politique du pays, ainsi que les objectifs sociaux et économiques conformément à la volonté et à l’intérêt du peuple.

Deuxièmement, La tenue d’élections présidentielles anticipées conformément aux conclusions de ladite conférence, aux quelles, Bouteflika s’engage de ne pas se présenter.

Troisièmement : Réforme et actualisation de la constitution du pays qui sera soumise par voie de référendum à l’approbation du peuple.

Quatrièmement : La mise en place de mécanismes urgents pour assurer une redistribution équitable des richesses du pays, afin de dépasser les problèmes de discrimination et de marginalisation, dont la première manifestation demeure l’émigration clandestine. Et la mobilisation nationale générale pour éradiquer le fléau de la corruption et des malversations.

Cinquièmement : Donner aux jeunes du pays une place de choix pour qu’ils deviennent maitres de leur venir et de leurs choix, et leur permettre d’accéder à tous les niveaux du pouvoir.

Sixièmement : Mise en place d’une instance unique et indépendante qui aura le monopole d’organiser et de gérer les élections.

En résumé, Bouteflika a dit, d’une autre manière, à ses citoyens « je vous ai compris », et il leur a promis toutes les réformes qui pourraient satisfaire leurs revendications, en prenant, pour exemple, l’expérience tunisienne. Une façon de dire, qu’on va y aller dans « notre printemps arabe », tous seuls, comme des grands, sans avoir à brûler et piller le pays. Une façon, aussi, pour lui de dire qu’il a compris qu’il y avait, derrière les derniers évènements qui ont secoué le pays, les mêmes mains et les mêmes têtes qui étaient derrière le départ du soi-disant printemps arabe !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut