Politique

Portrait de Mohamed Abbou, ministre chargé de la Réforme administrative

Mohamed Abbou, avocat et défenseur des droits de l’homme tunisien, a bénéficié d’une grâce présidentielle en 2007 et libéré des geôles tunisiennes après deux ans et demi d’emprisonnement. Il était notamment accusé de «publication d’écrits de nature à troubler l’ordre public».

Mohamed Abbou, 45 ans est fondateur de l’Association internationale de soutien aux Prisonniers Politiques (AISPP), membre du Conseil National pour les Libertés en Tunisie (CNLT), et membre dirigeant du parti politique le Congrès Pour la République.

Emprisonné au Kef, la justice l’avait condamné, le 29 avril 2005, à un an et six mois de prison pour «publication d’écrits de nature à troubler l’ordre public» et «diffamation des autorités judiciaires et diffusion de fausses nouvelles». En cause, un article publié, en août 2004, sur le site Tunisnews où il comparaît les tortures infligées aux prisonniers politiques tunisiens aux exactions commises par les soldats américains dans la prison irakienne d’Abou Ghraib. Il avait été également condamné dans une seconde affaire à deux ans de prison pour «violences» à l’encontre d’une consœur.

Mohamed Abbou est proposé ministre chargé de la Réforme administrative dans le Gouvernement de Hamadi Jebali.

Commentaires

Haut