Economie

Campagne pour attirer les compétences tunisiennes expatriées pour soutenir la « relance » économique…

Campagne pour attirer les compétences tunisiennes expatriées pour soutenir la « relance » économique…

L’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA) a annoncé lundi 22 février 2021 qu’une campagne baptisée (Up Tunisia) verra prochainement le jour.

Cette campagne vise, d’après la FIPA, à mettre les talents et le savoir-faire de la diaspora tunisienne au service du développement de son pays.

A ce titre, l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) mettra en œuvre la campagne en question. Son lancement intervient sur fond de l’initiative de l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA).

En effet, (UP Tunisia) veut mobiliser les Tunisiens établis à l’étranger autour de la relance économique de leur pays d’origine. Ce programme bénéficie du co-financement de l’Union européenne (UE) et du Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement.

Cette initiative venant d’institutions sérieuses et de notoriété est certainement plus que louable d’autant plus qu’un appui financier est consacré à cette action.

Néanmoins, attirer des compétences tunisiennes ayant déjà des emplois stables pour servir le pays dans un climat de corruption généralisée et sous la supervision d’autorités qui n’ont jamais cessé d’humilier les plus compétents, à l’instar des docteurs et des doctorants en sit-in au ministère de l’Enseignement supérieur, depuis des mois, n’est pas une cause acquise.

Au fait, les statistiques faisant état de la fuite en masse des médecins puisque plus de 80% des jeunes médecins diplômés et inscrits auprès de l’Ordre des médecins ont quitté la Tunisie, selon Ahlem Belhaj, Secrétaire générale du Syndicat des médecins, médecins dentistes et pharmaciens hospitalo-universitaires, ne sont pas rassurantes.

Il en est de même pour les enseignants, ingénieurs, techniciens, cadres de l’administration, architectes, etc.

Selon l’Observatoire tunisien de l’économie (OTE), les transferts des compétences tunisiennes à l’étranger atteignent une moyenne annuelle de 1,1 milliard de dinars, dont 76 % sous forme de transferts financiers, ce qui constitue la quatrième source de devises du pays et représente 5 % du PIB et 23 % de l’épargne nationale.

Ces données chiffrées indiquent l’importance des transferts financiers des tunisiens à l’étranger vers leur pays d’origine.

En outre, l’augmentation des transferts montre l’intérêt porté par les tunisiens résidants à l’étranger au développement de l’économie nationale, un intérêt qui ne cesse de s’amplifier.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut