Economie

Cap Bon: Des prix qui flambent et le kilo de poulet à 5 dinars !

Depuis plusieurs mois, un sujet préoccupe les Tunisiens : la hausse des prix et son corollaire : la baisse du pouvoir d’achat. Les prix du poulet ont fortement augmenté passant de 4d200 à 5d000 le kilo en quelques jours.

Une visite au marché municipal de Nabeul nous révèle que les prix de la volaille flambent en cette période estivale. Le consommateur ne sait plus à quel saint se vouer. «Je ne peux pas me permettre d’acheter un kg de poulet entier à 5d000 le kg. Jusqu’où ira cette augmentation des prix ?» se demande une mère de 4 enfants qui a préféré n’acheter que quelques morceaux.

Les raisons de cette frénésie des prix ne semblent pas évidentes aux consommateurs qui s’attendaient à une baisse des prix. Slah Toumi, aviculteur, estime que les prix évoluent en fonction de l’offre et de la demande. « Il est vrai, dit-il, œufs et poulets sont abondants sur les étals des commerces de proximité, nous en avons déjà un stock de 3800 tonnes  et 3200 tonnes de dindes soit 7000 tonnes de viande blanche».

Le problème de l’offre n’existe pas. Il faut reconnaître que la production a accusé seulement une baisse de 1000 tonnes en juin et 900 tonnes en juillet. Cette baisse a entraîné une augmentation des prix du kg congelé qui oscille entre 4d600 et 5d000. Mais cette légère hausse est liée à d’autres facteurs notamment la crise libyenne et l’augmentation des charges, notamment celles du chauffage, des produits vétérinaires et des aliments de volaille, ce qui a poussé certains éleveurs à baisser rideau.

Salah Toumi a expliqué qu’il y a une psychose qui s’est emparée des consommateurs en cette période exceptionnelle. Il s’agit en fait d’un indicateur à prendre très au sérieux puisqu’il ne traduit pas une réelle tendance à l’augmentation continue des prix de la volaille. « Je pense, précise-t-il, que le consommateur ne doit pas s’affoler. C’est une crise conjoncturelle et passagère. Les prix retourneront à la normale. Je rassure nos clients que nous avons constitué des stocks pour bien ravitailler le marché durant le mois sacré. Nous pouvons inonder le marché et produire même le double de la production actuelle mais faut-il disposer de plusieurs chambres froides pour le stockage de cette volaille».

Source : Le Temps

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut