Monde

Un député italien accuse les autorités tunisiennes de non-coopérations avec Interpol dans l’affaire d’un meurtre

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Walter Rizzetto, député au parlement italien, a dénoncé récemment la non-coopération des autorités tunisiennes avec Interpol pour attraper un criminel tunisien, meurtrier de sa copine italienne Alessia Della Pia à Parme.

En effet, le député, en interrogeant le gouvernement de son pays sur l’avancement de l’enquête, a expliqué que Mohamed J, après avoir commis son meurtre, a fui en Tunisie où il n’a nullement été inquiété. Selon lui, un mandat d’arrêt international a été émis contre lui et Interpol a proposé son aide à la police tunisienne, une aide qui a été refusée : « La police de l’unité d’enquête de Parme, par le biais d’Interpol, a demandé à soutenir la police tunisienne dans les enquêtes en cours en se rendant disponibles sur place, mais les autorités tunisiennes ont refusé cette proposition de coopération sans donner des explications sur les raisons du rejet ».

Toujours selon Rizzetto, l’autopsie a souligné « la brutalité particulière du crime » qui remonte au 7 décembre 2015. Rappelons que selon les autorités italiennes, J a assassiné sa compagne âgée de 39 ans avant de la traîner en bas de l’immeuble où ils habitent. Il a par la suite pris la fuite. Ses photos et publications sur les réseaux sociaux indiquent qu’il mène une vie à l’abri de toute inquiétude.

Notons enfin que Mohamed J possède un long historique avec les violences en tout genre qui inclut la détention d’armes à feu de manière illégale, les braquages, le trafic de drogue et autres affaires avec la justice.

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut