Societe

Des immigrés tunisiens entament une grève de la faim à Lampedusa

Des immigrés tunisiens amassés sur le quai du port de l’île italienne de Lampedusa ont refusé samedi en milieu de journée de recevoir de la nourriture distribuée sur place tant qu’ils n’auront pas la certitude de quitter l’île, ont annoncé les autorités locales.

Ces immigrés réclament leur départ de la petite île où ils sont près de 4.000 à être entassés dans des conditions inhumaines depuis qu’une mer agitée a suspendu temporairement leur évacuation vers d’autres centres d’accueil répartis dans différentes régions d’Italie.

Près de 2.500 d’entre-eux avaient été évacués jeudi, au lendemain de la visite sur l’île du chef du gouvernement Silvio Berlusconi qui avait annoncé que l’île serait libérée en 2-3 jours des immigrés avant que les évacuations ne s’arrêtent en raison du mauvais temps.

Ce matin le vent avait faibli avant de se renforcer en milieu de journée de sorte que les grands navires présents dans la rade de Lampedusa ne peuvent pas accoster et embarquer les immigrés.

M. Berlusconi a réitéré aujourd’hui, intervenant au téléphone lors d’un meeting politique à Catane, en Sicile, que les immigrés seront tous évacués d’ici demain, ajoutant que l’Italie “doit être compréhensive et accueillante car c’est un pays catholique et civilisé” et rappelant que dans un passé pas trop éloigné elle était aussi un pays d’émigration.

Le chef du gouvernement italien a une nouvelle fois affirmé que les Tunisiens qui remplissent les conditions pourraient obtenir un permis de séjour temporaire qui leur permettraient de circuler librement en Europe. Cette solution déplait à la France car la majorité des Tunisiens cherchent en effet à se rendre dans l’Hexagone.

L’Italie accuse régulièrement ces dernières semaines l’Union européenne et en particulier la France de manque de solidarité dans la gestion de la crise des immigrés, dont plus de 22.000 sont arrivés sur son territoire depuis le début de l’année, essentiellement en provenance de Tunisie.

Dans une interview aujourd’hui à un quotidien italien, le premier ministre Français François Fillon a assuré que “la France est totalement solidaire de l’Italie en ce qui concerne les ondes migratoires provoquées par les révolutions dans le sud de la Méditerranée”.

Pour inciter la Tunisie à reprendre ses ressortissants, la France envisage de proposer à ce pays un accord d’association avec l’Union européenne, a ajouté M. Fillon.

Source : AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut