Societe

Des musiciens Japonais à l’honneur à l’Acropolium de Carthage

L’Octobre musical de Carthage a gratifié, vendredi soir, les amateurs de la musique classique d’une soirée, en deux temps, animée par les musiciens Japonais Toshiyuki Kumagai (guitare) et Toshiki Usui(piano), à l’Acropolium.

Dans ce célèbre et mythique espace sobrement éclairé, le jeune guitariste Toshiyuki Kumagai a choisi d’interpréter, une oeuvre musicale riche et impressionnante, emplie de paix et d’harmonie.

Il a rendu un vibrant hommage au compositeur espagnol Miguel Llobet en interprétant des morceaux classiques tels que ”El Mestre” et la ”Filadora” et aussi à Augustin Barrios Mangore (Paraguay) connu surtout par son style romantique et semi-folklorique à travers les titres ”Oracion para todos” et ”Mazurka apasionata”.

En plus de sa virtuosité et sa sensibilité à fleur de peau, l’on décèle chez ce jeune musicien une parfaite maîtrise technique de la guitare lui permettant d’explorer tout le potentiel de l’instrument surtout dans le morceau ”Recuerdos de Alhambra” chef d’œuvre de Francisco Tarrega.

Toshiyuki Kumagai a joué ce morceau avec la technique du ”Trémolo”, souvent utilisée dans le style classique et le flamenco, avec l’effet sonore de deux guitares jouées simultanément.

La musique de Siyoh Tomiyama, compositeur de ”prayer East Japan 2011” brillamment jouée par le jeune guitariste a été teintée d’une note mélancolique. Cette musique a été dédiée aux victimes du séisme qui a frappé la région de Fukushima (Japon) et causé plusieurs victimes ainsi qu’une série d’accidents dans des centrales nucléaires.

La seconde partie de la soirée était une découverte pour les uns et un vrai régal pour les amateurs de la musique contemporaine.

Le musicien Toshiki Usui, qui s’est initié dans la cour des grands maîtres du piano tels que Shuku Iwazaki et Katsumi Ueda en Autriche, est connu particulièrement pour ses interprétations des œuvres contemporaines occidentales.

Il a joué une oeuvre du Russe Alexander Scriabine dont la musique se caractérise par une combinaison de sons et de couleurs.

Ce pianiste continua sur sa lancée durant plus d’une heure avec le morceau ”Bridge” du compositeur japonais Ryuichi Sakomoto, pionnier de la musique électronique et très engagé dans la reconstruction de son pays après le séisme de 2011. Dans sa musique il use de métaphores sonores pour ainsi dire que” Rien n’est si beau que quand il est suggéré”.

Ce concert s’est terminé en apothéose avec l’interprétation somptueuse de la sonate numéro 3 du compositeur et pianiste Allemand Johannes Brahms, sonate faisant partie de son œuvre de jeunesse. Elle comprend cinq mouvements avec deux andantes et dure prés de 40 minutes.

Ce morceau a été dédié à la comtesse Ida Von Hohenthal d’Autriche.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut