Economie

Égypte : Achat de Gaz naturel liquéfié avec Paiements différés à cause de la crise économique

Égypte : Achat de Gaz naturel liquéfié avec Paiements différés à cause de la crise économique

L’Égypte cherche à acheter cet été de grandes quantités de gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés mondiaux avec des paiements différés pouvant atteindre six mois.

Cette stratégie, selon des sources du marché, pourrait limiter le nombre de fournisseurs et augmenter les primes en raison de la forte demande concurrentielle en Asie.

Retour à l’importation

Ces dernières années, l’Égypte a tenté de se positionner comme un exportateur fiable de GNL vers l’Europe. Cependant, la diminution des approvisionnements en gaz naturel l’a contrainte à retourner sur le marché de l’importation.

Selon des sources commerciales citées par Reuters, l’Egyptian Natural Gas Holding Company (EGAS) cherche à acheter 17 cargaisons de GNL via un appel d’offres se terminant le 26 juin. La livraison est prévue pour 7 cargaisons en juillet, 6 en août et 4 en septembre, avec des termes de livraison FOB (Free On Board) au port de destination.

Coûts et conditions de paiement

Pour sécuriser les volumes nécessaires, l’Égypte pourrait devoir payer une prime de 1 à 2 dollars par million d’unités thermiques britanniques (MMBtu) au-dessus du prix de référence du hub néerlandais TTF. Un des interlocuteurs a déclaré : « Toute condition de paiement à plus long terme justifiera une prime supplémentaire. »

Les données de Standard & Poor’s indiquent que l’Égypte a déjà payé une prime de 1,3 à 1,7 dollar par MMBtu sur les cargaisons achetées plus tôt cette année.

Capacités de réception

Les sources prévoient que le terminal flottant de regazéification et de stockage de la société australienne Höegh Galleon, arrivé au port d’Ain Sokhna sur la mer Rouge la semaine dernière, prendra en charge 12 des cargaisons attendues, tandis que les 5 autres seront réceptionnées au port d’Aqaba en Jordanie.

Contexte économique

Plusieurs commerçants examinent attentivement cet appel d’offres, considéré comme le plus important pour l’Égypte depuis des années. La situation économique difficile du pays et les risques de crédit posent des défis.

Deux autres sources dans de grandes entreprises du secteur pétrolier et gazier ont déclaré à Reuters que les défis économiques de l’Égypte et la pénurie de devises ont entraîné des arriérés de paiements de plusieurs milliards de dollars envers les grandes entreprises.

La reprise récente par le gouvernement égyptien des paiements de certaines de ces arriérés montre une volonté de remédier à ces retards, bien que la situation reste tendue.

L’Égypte navigue ainsi une période complexe, cherchant à équilibrer ses besoins énergétiques immédiats avec les réalités économiques difficiles et les dynamiques concurrentielles du marché mondial du GNL.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut