Elections US : Mitt Romney adepte de « la paix par la force »

Mitt Romney, le candidat du parti républicain, passe à l’offensive, il va exprimer ses positions de politique étrangère lundi en Virginie. Son approche diplomatique est bien plus agressive que celle de Barack Obama.

Il veut marquer ses différences avec  le président sortant. Il va ainsi s’engager lundi, lors d’un discours à l’Académie militaire de Lexington en Virginie, à pratiquer une politique étrangère plus offensive au Moyen-Orient, s’il est élu président à l’élection américaine du 6 novembre.

Il va essentiellement, critiquer la “passivité” de Barack Obama dans les dossiers libyen, iranien, syrien et israélo-palestinien et s’inscrira, selon ses conseillers, dans la lignée de la doctrine de la “paix par la force” suivie par d’autres présidents américains comme Ronald Reagan.

Ce discours, Romney le veut comme une grande répétition avant le deuxième débat qui le mettra face à Obama le 16 octobre, et dont l’un des principaux thèmes sera « Les enjeux internationaux ».

On peut notamment lire sur des extraits de son discour de ce soir (transmis par son équipe de campagne) : “Je sais que le président espère un Moyen-Orient plus sûr, plus libre et plus prospère, allié des Etats-Unis. Je partage cet espoir. Mais l’espoir n’est pas une stratégie”.

L’ancien gouverneur du Massachusetts illustrera son propos avec l’exemple de l’attaque du consulat américain le 11 septembre à Benghazi, qui a coûté la vie à l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres Américains. Il va s’engager, s’il est élu, à rechercher sans relâche les auteurs de cette attaque.

Il souhaite aussi renforcer les sanctions contre l’Iran et déployer des navires de guerre dans la région pour amener la République islamique à renoncer à son programme nucléaire. Il entend développer l’assistance et la coopération militaires avec Israël, qui laisse planer la menace d’un bombardement des installations nucléaires iraniennes.

Le candidat républicain, considéré comme un ami proche du chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, doit aussi prôner une relance des négociations israélo-palestiniennes.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com