Energie

Energies renouvelables : l’Egypte signe des accords de 41 milliards $ avec des Multinationales

Energies renouvelables : l’Egypte signe des accords de 41 milliards $ avec des Multinationales

Tandis que de nombreux pays développés s’efforcent de réduire leur dépendance aux énergies fossiles, l’Égypte fait un pas audacieux en avant en multipliant les accords avec des groupes énergétiques pour devenir un hub de production des énergies décarbonées dans le bassin méditerranéen.

Le gouvernement égyptien a récemment annoncé la signature de sept protocoles d’accord d’une valeur de 41 milliards de dollars avec des groupes énergétiques locaux et internationaux. Ces accords visent à développer des projets d’énergies renouvelables et d’hydrogène vert dans la Zone économique du canal de Suez, une région stratégique au carrefour des routes commerciales mondiales.

Parmi les partenaires impliqués dans ces accords, on retrouve des acteurs majeurs tels que Pash Global (Royaume-Uni), Smart Energy (Suisse), SK Ecoplant (Corée du Sud), AmmPower (Canada), United Energy Group (Chine), Gila Al Tawakol Electric et Gama Construction (Égypte). Ces alliances marquent un engagement fort en faveur de la transition énergétique de l’Égypte et renforcent sa position en tant que destination attractive pour les investissements dans les énergies propres.

Les investissements prévus sont considérables, avec un montant initial de 12 milliards de dollars destiné aux phases pilotes des projets, suivi d’un investissement supplémentaire estimé à environ 29 milliards de dollars sur une période de dix ans. Cette injection de capitaux témoigne de la confiance des investisseurs dans le potentiel du marché égyptien des énergies renouvelables.

Selon les projections du ministère égyptien de la Planification et du Développement économique, les énergies renouvelables devraient représenter 42 % du mix énergétique du pays d’ici à 2035. Cette transition vers des sources d’énergie propres contribuera non seulement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi à diversifier l’économie égyptienne et à créer de nouveaux emplois dans le secteur des énergies renouvelables.

En plus de répondre aux besoins énergétiques croissants du marché intérieur, l’Égypte vise également à devenir un exportateur majeur d’énergies décarbonées dans le bassin méditerranéen. Cette ambition positionne le pays comme un acteur clé dans la transition énergétique régionale et mondiale, tout en ouvrant de nouvelles opportunités de partenariat et de coopération avec ses voisins et les acteurs internationaux du secteur.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut