Politique

Enigme de l’expression « Jasmine Revolution » de 1987 à 2011

Alors que les médias occidentaux célèbrent la « Jasmine Revolution », Thierry Meyssan,  le journaliste français et président-fondateur du Réseau Voltaire dévoile le plan US pour stopper la colère du peuple tunisien et conserver cette discrète base arrière de la CIA et de l’OTAN. Thierry révèle un autre indice de l’implication des Etats Unis à la chute organisée du régime de Ben Ali se révèle à partir des logos et slogans utilisés. Celui de la «Jasmine Revolution» apparaît au moment exact de la fuite de l’ancien président, soit la nuit du 14 janvier 2011. Au centre, on reconnaît le poing levé, symbole ex-communiste utilisé dans toutes les «révolutions» colorées depuis Otpor en Serbie. Vu de Washington, l’important est d’affirmer que les événements sont finis et qu’ils s’inscrivent dans une dynamique internationale libérale. Aussi, le titre est-il inscrit en anglais et le drapeau tunisien est-il réduit à une simple fioriture sur la lettre R.
Du jasmin pour calmer les Tunisiens
Les conseillers en communication stratégique US tentent alors de siffler la fin de la partie, tandis que le Premier ministre sortant compose un gouvernement de continuité. C’est là que les agences de presse lancent l’appellation «Jasmine Revolution» (en anglais s’il vous plaît). Les Tunisiens, assurent-elles, viennent de réaliser leur «révolution colorée». Un gouvernement d’union nationale est constitué. Tout est bien qui finit bien.
L’expression «Jasmine Revolution» laisse un goût amer aux Tunisiens les plus âgés : c’est celle que la CIA avait déjà utilisée pour communiquer lors du coup d’Etat de 1987 qui plaça Ben Ali au pouvoir.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut