Société

Féminicides- Mounir Ben Salha : « Elle s’appelait Refka Cherni, et elle ne sera pas la dernière victime ».

Féminicides- Mounir Ben Salha : « Elle s’appelait Refka Cherni, et elle ne sera pas la dernière victime ».
Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

L’avocat Mounir Ben Salha a annoncé dans un statut rendu public sur sa page le 10 mai 2021, le décès d’une femme dénommée Refka Cherni, victime de violence conjugale.

Me. Ben Salha a déclaré que la défunte « s’est fait tirer dessus (5 balles) par son mari » un agent des forces de sécurité au Kef et a succombé à ses blessures cet après-midi à l’hôpital régional du Kef.

Selon Me. Ben Salha, la défunte a porté plainte à maintes reprises contre son époux au commissariat de police pour « violence conjugale » mais à chaque tentative, les agents ont étouffé la requête, dont la dernière déposée avant-hier, appuyée par un certificat médical initial de 21 jours.

Toutefois, le substitut du Procureur de permanence n’a pas ordonné l’arrestation de l’assassin.

« Les féminicides sont devenus un phénomène sociétal et un fait politique, cependant dans nos médias ainsi que dans les œuvres dites “artistiques” nous continuons à promouvoir la masculinité toxique et la violence », a-t-il expliqué.

En outre, Me. Mounir a mis l’accent sur le silence des autorités face à ce phénomène croissant, surtout que les victimes battues mènent constamment un combat physique et psychologique et font confiance à l’Etat et au système judicaire, selon lui « défaillant ».

Il a également estimé que la société tunisienne est de plus en plus machiste et misogyne et que « l’Etat couvre les agresseurs ».

Il a conclu son texte ainsi : « Elle s’appelait Refka Cherni et elle ne sera pas la dernière victime ».

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut