A la une

France: 30 000 recrutements de jeunes diplômés en informatique à partir de 2011

La bource de l’emploi en France a attesté une mutation très importante en 2010. L’informatique commence à prendre place comme étant un secteur d’absorbtion des compétences informatiques françaises et étrangères.
Le Syntec numérique a annoncé dérnièrement 30 000 recrutements en 2011. Plus recherchés qu’en 2009, les jeunes diplômés seront notamment courtisés dans les nouvelles technologies, le cloud computing, la sécurité informatique…
Bonne nouvelle, le secteur de l’informatique a redémarré significativement en 2010. « Alors qu’on tablait en début d’année sur 25 000 recrutements, nous pensons atteindre 35 000 recrutements d’ici la fin de l’année, dont environ 25 000 cadres, annonce Philippe Tavernier, Président de la Commission Social / Emploi / Formation de Syntec numérique (Chambre professionnelle des SSII, des éditeurs de logiciel et des sociétés de conseil en technologies). 2010 est donc une année dynamique par rapport à 2008 et 2009. D’ailleurs, 3 000 à 5 000 emplois nets devraient être créés au total. 2011 s’annonce donc sous de bons auspices : on devrait être sur les mêmes grandeurs ». Et les jeunes diplômés sont à nouveau très recherchés en CDI. « Les jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs ont trouvé à 85 % des emplois en CDI en 2010 ».
Les entreprises qui recrutent en 2011
Sogeti envisage d’embaucher 1 150 collaborateurs en 2011 dont 40 % de jeunes diplômés. Les profils recherchés maîtriseront notamment Java/J2EE ou .NET, ou pourront faire valoir des compétences en matière de sécurité dans le Cloud Computing. Le développement des contrats d’alternance contribuera à atteindre cet objectif. OPEN, société de services informatiques, envisage, quant à elle, de recruter plus de 700 nouveaux collaborateurs. La société recherche notamment des ingénieurs d’études, des ingénieurs concepteurs, des ingénieurs systèmes / réseaux, des administrateurs de bases de données, des architectes fonctionnels et techniques, des urbanistes, des concepteurs fonctionnels, des consultants en management junior et des chefs de projet. A Toulouse, Sopra Group propose des postes d’ingénieurs d’études, de chefs de projets, d’architectes et de consultants sur les nouvelles technologies, les ERP (SAP, Oracle…) notamment. De son côté, Osiatis annonce le recrutement de 500 nouveaux collaborateurs en 2011. La SSII envisage de recruter des consultants, des architectes et des experts techniques. Sa filiale Osiatis Ingénierie, spécialisée en développements applicatifs nouvelles technologies, prévoit de recruter 150 ingénieurs, chefs de projets, consultants. Le groupe Bull envisage, quant à lui, de recruter 1 000 personnes supplémentaires, dont plus de 400 en France, (dont la moitié en Ile de France). Le groupe recherche essentiellement des architectes/chefs de projets/designers de cartes électroniques dans les domaines suivants : HPC, Stockage/Archivage, Sécurité/IAM, systèmes critiques, logiciels embarqués, OpenSource, Décisionnel, ERP/SAP, Microsoft, migrations, réseaux.
Les profils recherchés
Les candidats diplômés d’écoles d’ingénieurs, de commerce ou universités avec notamment des compétences très ciblées seront les principaux profils recherchés. La maîtrise des technologies telles que .NET, Java, J2ee, J2me, Java, Android, Iphone, C++, Oracle, Unix, Business Object, Java – Mainframe… sera appréciée. Sens du service, curiosité et une appétence pour les nouvelles technologies seront autant de qualités à faire valoir auprès des recruteurs. Par ailleurs, la connaissance de l’anglais sera un véritable atout. « Les profils ayant une culture internationale (ouverture à la mobilité, capacité à appréhender plusieurs cultures) seront courtisés », indique Philippe Tavernier.
Un secteur toujours porteur
Le secteur offre une large palette d’opportunités. Philippe Tavernier rappelle que la branche a généré 150 000 emplois sur les douze dernières années et emploie 370 000 collaborateurs. « Le monde de demain contiendra encore plus de logiciels et de services liés aux sciences de l’information et des technologies. Il faut donc réfléchir à ce que l’on veut faire avant de postuler ». L’important étant de « trouver un emploi qui soit en adéquation avec son diplôme et ses intérêts », conclut-il.

Source: Jeunedip.com + e-taalim.com
 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut