Gaïd Salah : La corruption a atteint des sommets et est en cause de la crise économique en Algérie

Le général Ahmed Gaid Salah, l’homme fort d’Alger, s’est exprimé ce lundi 17 juin, sur la situation politique, évoquant notamment les dossiers de corruption. L’armée, a-t-il affirmé, est “déterminée à accompagner la justice dans cette mission, ainsi qu’à la protéger de façon à lui permettre d’exécuter convenablement ses missions et de s’acquitter de son rôle, en déterrant tous les dossiers et en les traitant en toute équité quelles que soient les circonstances, de façon à faire comparaitre devant la justice tous les corrompus quels que soient leur fonction ou leur rang social.”

Gaid Salah a ajouté ” la lutte contre la corruption n’a aucune limite et aucune exception ne sera faite à quiconque”. “L’institution militaire veillera à lutter contre ce fléau, avec détermination, en vue d’affranchir l’Algérie du vice de la corruption et des corrupteurs avant la tenue des prochaines élections présidentielles”, a-t-il ajouté.

Gaid Salh a ajouté qu’il apparait clair aujourd’hui, à travers tous les dossiers présentés devant la justice, qu’il a été procédé par le passé et de manière délibérée, à la mise en place des conditions propices à la pratique de la corruption. “Il apparait également que ce qu’on appelait à l’époque réforme de la justice n’était malheureusement que des paroles en l’air et des révisions creuses qui, bien au contraire, ont encouragé les corrompus à persister dans leurs méfaits et ont été parrainés pour empiéter sur les droits du peuple et enfreindre les lois délibérément sans crainte et sans aucune conscience”. “L’heure des comptes est arrivée, a-t-il ajouté, et le temps d’assainir notre pays de toute personne malhonnête qui a troublé la vie quotidienne du peuple et qui a obstrué l’horizon face aux Algériens et semé la peur, voire le désespoir en l’avenir”.

Ahmed Gaid Salah estime qu’il existe un lien direct entre la corruption, la mauvaise gestion et la crise économique actuelle. ” Ce qui parait étrange, c’est que la gravité des dossiers présentés devant la justice démontre que les personnes concernées ont perdu tous les attributs de l’engagement et les exigences de la responsabilité, du fait de la mise à profit de leurs fonctions, de leur influence et de leur pouvoir pour transgresser les lois et enfreindre les limites et les règles, a-t-il poursuivi.

“Cette gestion anarchique et iilégale a permis de créer des projets stériles et sans intérêts réels pour l’économie nationale. Ils ont été octroyés de manière sélective, à des montants astronomiques sous forme de crédits, ce qui a perturbé la cadence du développement en Algérie. Ces pratiques immorales sont en parfaite contradiction avec la teneur des discours hypocrites de ceux qui les tenaient”, a conclu Ahmed Gaid Salah.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com