news

Ghannouchi pardonne à l’Allemagne de l’avoir considéré persona non grata

Ghannouchi pardonne à l’Allemagne de l’avoir considéré persona non grata

Rached Ghannouchi leader du parti du Mouvement Ennahdha a affirmé qu’il a tourné la page du passé dans ses relations avec l’Allemagne qui lui avait interdit l’accès de son territoire, affirmant que les forces de sécurité allemandes avaient tenté de l’arrêter.

Au cours d’une rencontre mercredi 18 avril 2012 avec l’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie Horst Wolfram qui lui a rendu visite, Rached Ghannouchi a affirmé qu’il se tourne vers l’avenir soulignant la nécessité de surmonter les vicissitudes du passé. Il a indiqué que les relations avec l’Allemagne sont au centre des relations avec l’Europe.

«Nous sommes sur la bonne voie et nous pouvons réussir notre expérience et atteindre nos objectifs ainsi que réaliser la démocratie et œuvrer de concert avec nos frères laïcs car l’islam moderne et la laïcité moderne sont capables de travailler en commun », a-t-il a jouté dans un communiqué dont une copie est parvenue à TunisieNumerique.

Le diplomate allemand a, de son côté, fait part à Ghannouchi des inquiétudes des européens en raison de la montée du phénomène du salafisme et des informations publiées par les médias relatives à l’instabilité et l’augmentation de l’extrémisme.

Il a ajouté que la visite du président Moncef Marzouki à Djerba, en allusion à la visite de la synagogue de la Ghriba, est un pas important qui donne une image de la nouvelle Tunisie qui protège ses minorités tout comme sa visite aux catholiques qui envoie un important message rassurant aux européens.

Ghannouchi a également parlé de la révolution qui se poursuit affirmant la nécessité d’asseoir des rapports clairs entre la liberté et l’ordre et entre la liberté et le respect de la loi, indiquant que la majorité du peuple tunisien veut la stabilité et le retour à la normal ainsi que la fin des sit-in.

Il a estimé que 16 mois constituent une période suffisante à l’Assemblée constituante pour mettre en place une constitution et organiser des élections mettant fin à cette phase de transition.

Parlant des salafistes, il a indiqué qu’il a appelé au dialoguer avec eux, affirmant diverger avec les salafistes dans leur conception de l’Islam.

L’Islam garantie tous les droits à toutes les minorités, a-t-il dit.

Il a indiqué aussi que l’Islam rejette la violence et n’autorise le recours à la violence que pour lutter contre les envahisseurs.

Ghannouchi a indiqué que si les salafistes rejettent la violence « nous vivrons tous en paix et quiétude ». Mais lorsque certains jeunes salafistes ont utilisé les armes, la réaction du ministère de l’Intérieur  a été vigoureuse, a indiqué Rached Ghannouchi qui a affirmé que l’Etat ne permettra à personne de recourir à la violence.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut