Monde

Île-de-France [photos] : « l’affaire Théo » met le feu à plusieurs villes de la banlieue parisienne

Île-de-France [photos] : « l’affaire Théo » met le feu à plusieurs villes de la banlieue parisienne

voiturebrulée5

Durant la nuit du 8 au 9 février 2017, des violences urbaines ont éclaté causant plusieurs dégâts matériels dans un nombre important de villes de la banlieue parisienne à l’instar de Seine-Saint-Denis, Neuilly-sur-Marne, Aulnay-sous-Bois, Bobigny et Clichy-sous-Bois.

voiturebrulée2

En effet, ces violences ont commencé suite aux révélations de « Théo ». Ce jeune habitant d’Aulnay-sous-Bois âgé de 22 ans a été victime de coups, de crachats, d’insultes racistes et d’ « viol » qui n’a pas voulu être reconnu comme tel par les autorités, y compris la police de la police qui mène l’enquête.  Ce viol a été commis par un agent qui lui a enfoncé violemment sa matraque dans l’anus, lui causant une incapacité totale de travail durant deux mois.

voiturebrulée4

L’affaire a fait exploser de nouveau les problématiques liées au rapport des policiers avec la population des quartiers. Une vidéo filmée par une caméra de surveillance des agressions vécues par le jeune homme n’a fait qu’attiser la colère des citoyens. Hormis les manifestations menées le jour, des émeutes ont éclaté la nuit, comme c’est le cas hier. Voitures incendiés, transports en commun bloqués, déploiement massif des forces de l’ordre et désordre généralisé.

voiturebrulée

Sur place, des camions de pompier sont intervenus pour mettre fin aux feux en cours, dont beaucoup été visibles depuis les immeubles.

voiturebrulée3

Notons que des arrestations et des condamnations ont suivi ces violences depuis l’éclatement de « l’affaire Théo », deux ont été condamnés le 8 février à Bobigny à six ans ferme, trois autres le même jour ont été condamnés à six mois avec sursis, pour « embuscades ». Un sixième accusé de jets de pierres a été relâché tandis que des mineurs ont été placés sous le statut de témoin assisté.voiturebrulée6

Le 9 février, sept autres participants aux émeutes des quartiers, seront jugés pour outrages, violences ou complicité de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique».

theo

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut