La Communauté des démocraties appuie les libertés fondamentales en Tunisie

Les réformes engagées en Tunisie post-révolution au niveau du secteur sécuritaire, du dispositif judiciaire, de l’administration publique, du développement régional et du renforcement du rôle de la société civile, ont été au centre de la première réunion du groupe de «l’initiative de la Communauté des démocraties», tenue jeudi au ministère des Affaires étrangères.

Un groupe de travail consacré à la Tunisie a été créé lors de la réunion ministérielle de la Communauté des démocraties qui s’était tenue en juillet 2011 à Vilnius (Lituanie), au cours de laquelle la Tunisie avait présenté un plan d’action portant sur les priorités de la Tunisie durant la phase de transition en matière de réforme du secteur de la sécurité, de la justice, et de l’administration publique, ainsi que du renforcement du développement régional et de la société civile.

Cette réunion, qui regroupe de hauts-fonctionnaires et experts représentant plus d’une vingtaine de pays étrangers (la Hollande, la Slovaquie, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, la Turquie, l’Autriche, …) et d’organisations internationales (PNUD, UE, OIDD,..) a pour objectif d’identifier les moyens de bénéficier de l’assistance technique et de l’expertise étrangère pour soutenir la transition démocratique en Tunisie.

M.Touhami Abdouli, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a exprimé la volonté de la Tunisie d’être accompagnée par cette coalition de défenseurs de la liberté et de la démocratie en vue de consacrer les fondements de la démocratie et de la justice sociale et de consolider ses relations bilatérales avec les pays membres de «la Communauté des démocraties».

Il a réitéré l’engagement de la Tunisie à la Déclaration de Varsovie en juin 2000 et aux recommandations y afférentes, affirmant que plusieurs mesures ont été prises en Tunisie durant la phase de transition en matière de consécration des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

De son coté, M. Mickeal Denhond, Directeur général au département des affaires étrangères en Hollande, qui co-préside avec la Slovaquie cette réunion, a fait part de la disposition de la Communauté des démocraties à soutenir le gouvernement tunisien au regard de ses priorités.

Il a également indiqué que l’initiative de la Communauté des démocraties envisage de rencontrer plusieurs ONG tunisiennes pour prendre connaissance de leurs visions et de leurs propositions visant à faire avancer le processus de transition démocratique en Tunisie.

Pour sa part, M.Peter Mickalko, Directeur général aux affaires étrangères en Slovaquie, a rappelé que les élections qui ont eu lieu en octobre dernier en Tunisie ont permis de consacrer le pluralisme politique et les institutions démocratiques.

Ce qui contribuera, a-t-il dit, à la réalisation des objectifs de la révolution en matière de développement régional et de prospérité, qui sont les mêmes objectifs pour lesquels des révolutions ont eu lieu dans les pays de l’Europe de l’Est.

Créée en juin 2000, «la Communauté des démocraties » est une organisation intergouvernementale qui œuvre à faire avancer la démocratie dans le monde.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com