Monde

La Méditerranée sur le point de se transformer en champ de guerre

La folie des grandeurs d’Erdogan ne connaît plus de limite. Il croit, réellement, qu’il va pouvoir rétablir l’Empire Ottoman et étendre son hégémonie sur le monde arabe. Il commence à se prendre, sérieusement pour le justicier d’une grande partie du monde.

Ainsi, non content de ce qu’il a occasionné comme dégâts dans le pays voisin, la Syrie, il s’est, par la suite, approprié une bande des terres syriennes, sous le prétexte de combattre le « péril kurde ».

Après, il a voulu se mesurer aux monarchies du golfe arabe, en appuyant l’Emirat du Qatar, accusé, tout comme lui, par ses voisins, de soutenir et de financer le terrorisme.

Ensuite, toujours dans le cadre de sa défense des représentants de la confrérie des frères musulmans dont il fait partie, il a outrepassé  toutes les lois de droit international, en s’appropriant près de la moitié de la Méditerranée, pour établir des « frontières maritimes » communes avec la Libye qui se trouve à des milliers de miles nautiques des côtes turques.

Il a poussé le bouchon, encore plus loin, en annonçant sa solidarité avec le gouvernement pro-islamiste de Tripoli et en proposant d’envoyer ses troupes sur le sol libyen, combattre les forces armées libyennes, conduites par Haftar. Et ce, après avoir constaté que tout le matériel de guerre et les armes qu’il a envoyé à ce gouvernement, n’ont pas suffi à arrêter l’avancement de l’armée de Haftar, qui marche inexorablement sur Tripoli.

A ce stade, la communauté internationale a opposé son veto et a déclaré que ses accords avec la Libye concernant les frontières maritimes sont illégaux et non valables, de même, qu’elle a fait savoir qu’elle ne pouvait pas intervenir directement sur le sol libyen.

Depuis, les vents ont commencé à tourner contre Erdogan, puisqu’il est devenu menacé par la communauté internationale, les USA en premier, à cause de ses projets expansionnistes, ainsi que par les pays du bassin méditerranéen, les grecs en premiers, qui voient d’un mauvais œil son intention de s’accaparer leur espace maritime, ainsi que les égyptiens qui sont farouchement opposés à son intervention en Libye.

Devant l’entêtement de cet aspirant Sultan, toute la région risque de s’embraser et commence, déjà, à frémir, puisque Sissi jure par tous ses Dieux qu’Erdogan n’entrera pas en Libye, ainsi que son protégé Haftar qui a donné des ordres pour abattre tout appareil turc et couler tout navire turc, même s’il n’est pas militaire, s’il entrait dans les eaux territoriales libyenne.

Les grecs, eux sont carrément passés à l’action ce jeudi, en arraisonnant un navire battant pavillon turc, qu’ils suspectaient de transporter des armes en Libye, dans une infraction flagrante aux décisions onusiennes d’embargo.

Tout cela, va-t-il calmer les ardeurs d’Erdogan, ou va-t-il falloir recourir aux armes pour le réveiller de son doux rêve de contrôler le monde ?

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut