A la une

La présidente du Parlement français était allée en Israël sans un regard pour la Palestine, le Sénat réveille la France qu’on aime

La présidente du Parlement français était allée en Israël sans un regard pour la Palestine, le Sénat réveille la France qu’on aime

«Tout ce qu’on pourra faire pour apaiser la situation sera bienvenu», a dit ce mercredi 22 novembre sur Public Sénat le président du groupe d’amitié France Israël, Roger Karoutchi (Les Républicains, la droite). Le sénateur des Hauts-de-Seine a annoncé dans la foulée «que des déplacements de parlementaires français étaient prévus dès la semaine prochaine en Israël. Il y a un déplacement de prévu avec le président du Sénat, Gérard Larcher, un peu avant Noël, en Israël et dans les territoires palestiniens».

Voilà, reste à souhaiter que l’autre Chambre, l’Assemblée nationale, en fasse de même, au nom du rééquilibrage vers la posture traditionnelle de la France après les signaux très négatifs en direction de la Palestine. Rappelons que la présidente du Parlement, Yaël Braun-Pivet, s’est rendue en Israël en octobre dernier mais n’a pas eu le moindre regard pour ce qui se passe à Gaza, ce qui lui avait valu un tacle appuyé de la part du leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon…

Et quand Mme Braun-Pivet a eu la possibilité de se racheter un peu en organisant un hommage – une petite minute de silence – pour les employés de l’ONU tombés à Gaza elle l’a refusée. Mais il y a pire : Cet argument surréaliste avancé par le bureau du Parlement selon lequel il y a trop d’hommages à l’Assemblée nationale et qu’il faille “faire un peu de ménage là-dedans”. Sans commentaire.

Au Sénat français aujourd’hui c’était l’effervescence autour de la libération prochaine de 50 otages israéliens en échange de la libération de prisonniers palestiniens et d’une trêve de quatre jours à Gaza. Une opération de parrainage dénommée «1 parlementaire, 1 otage» était organisée pour saluer la bonne nouvelle que la communauté internationale attendait. «Sénateurs, députés, députés européens, de tous bords politiques, nous allons parrainer un otage, le suivre, voir s’il est libéré. S’il ne l’est pas, le suivre pour demander sa libération et faire pression», a confié Roger Karoutchi.

Enfin le sénateur déplore le fait qu’il n’y ait eu, jusqu’ici, aucun «hommage aux morts Français (…). Il y a eu 40 morts français dans les attaques du Hamas. Je m’étonne qu’il n’y ait pas eu d’hommage»…

 

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut