Politique

La Rubrique de Mrs. S : La fable du vieux lion et du renard

Il était une fois dans une forêt fort lointaine, un royaume dirigé par un très vieux lion sans beaucoup de pouvoir. Le roi avait un fils, qui se préparait selon les désirs de la reine, à être son futur dauphin.

Hélas! Ni charismatique ni très brillant, le dauphin du lion n’était pas, loin s’en faut, un renard.

Le vice-roi en revanche l’était. Et un fin, qui plus est.

Las de servir de larbin au vieux roi, qui attendait la première occasion pour l’éjecter au fin fond de la forêt, notre jeune renard se prit au jeu du pouvoir et se mit à combiner plan sur plan pour faire mat au vieux Cheikh et à toute sa smala.

Ainsi un soir, aspirant à toujours plus de popularité, il mit tout le royaume en danger en organisant un tournoi où tous les soldats, guerriers et preux chevaliers du royaume furent conviés pour sécuriser les arènes, laissant les bois, les clairières et les abords de la forêt dans une totale insécurité.

Il voulait faire comme le roi Chirac, dont la côte de confiance était passée de 45% avant le début du tournoi qu’il avait organisé dans les arènes de France, à 60% après la victoire de ses bleus chevaliers, ou comme le petit roitelet Macron qui voulait faire coïncider les victoires des champions de son royaume avec son image de jeune roitelet, efficace et toujours apte à gagner.

Il prit donc ce soir-là pour le royaume un énorme risque mais fort heureusement, il gagna son pari car le tournoi fut un énorme succès et tous les habitants de la forêt purent le voir dans la tribune officielle, rempli de joie et d’euphorie, sautiller comme un cabri, en levant les bras.

Cette popularité éphémère marqua-t-elle la victoire définitive du fin renard sur le roi et son rejeton ou ne fit-elle qu’exciter encore plus contre lui le dauphin et le vieux lion, n’ajoutant que querelles aux  querelles, aux dépens de la nation ?

Une vieille girafe très sage se tournant vers sa meilleure amie lui dit :” Le jeune renard est charmant mais il ne devrait pas donner l’impression qu’il instrumentalise le tournoi des chevaliers à des fins de communication personnelle.”

Morale de cette histoire, quand le blason qui t’a vu naître est de rouge et blanc, tu ne peux   t’octroyer le mérite de tes adversaires que très momentanément.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut