Economie

La Tunisie cherche une issue à une surabondance d’oranges

La Tunisie va enregistrer cette saison une production d’oranges record, avec plus de 500.000 tonnes, et les autorités cherchent en urgence une issue à cette surabondance, faute de quoi jusqu’à la moitié de la récolte serait détruite.

“Le plafond ces cinq dernières années était de 400.000 tonnes. Cette année, nous sommes à 550.000 tonnes, c’est énorme”, a dit lundi à l’AFP le directeur général du Groupement interprofessionnel des fruits (GIF), Mohamed Ali Jandoubi.

Selon lui, cette performance s’explique essentiellement par les conditions climatiques. “Le temps a été sec et, physiologiquement, il n’y a pas eu de chute de fleurs, tous les fruits ont tenu”, a-t-il expliqué.

Les nouvelles plantations de la décennie écoulée qui représentent désormais près du tiers des 27.000 hectares cultivées ont aussi amélioré les rendements.

10% seulement des récoltes est destinée à l’exportation et la Tunisie cherche à drainer de nouveaux marchés. La concurrence est néanmoins féroce. La Tunisie, qui espère s’octroyer le marché russe doit notamment se supplanter à l’Egypte et à la Turquie, premiers fournisseurs des russes.

A terme, la Tunisie vise à augmenter sa part d’exportations en la faisant passer de 15.000 à 25.000 tonnes exportées. Un défi qui nécessite la mobilisation de moyens supplémentaires.

Afin de ne pas recourir à la destruction de la récolte, la Tunisie compte également doper les marchés classiques en variant les produits et se penche également sur un plan de développement de l'”industrie de transformation” (cosmétiques, jus…)

L’agriculture, secteur important de l’économie tunisienne, est actuellement en difficulté.

Avec AFP.

 

Commentaires

Haut