La Tunisie est assise sur un baril de poudre

Les scénarios en Tunisie, demeurent ouverts à toutes les éventualités. Le pays, ainsi que sa population sont au bout du rouleau et un rien pourrait mettre le feu aux poudres.

La Tunisie qui, déjà, avant de subir la crise de la pandémie du Covid, souffrait d’un sérieux handicap. Elle était déjà exsangue avec des caisses vides et des citoyens au bord de la pauvreté et a fini par plonger dans l’abîme de la récession, avec des chiffres lancés çà et là, qui parlent de 50 à 60% des citoyens tombés au dessous du seuil de pauvreté, un chômage qui n’en finit pas d’enfler, des salariés qui jusque là s’en sortaient, tant bien que mal, « remerciés » par milliers, à cause des conséquences de la crise, et son impact sur leurs employeurs, des secteurs professionnels, et pas des moindres, à l’arrêt total avec de très faibles perspectives de redémarrage, avec des jeunes dans les régions intérieures qui s’impatientent de plus en plus… Tous ces éléments semblent concourir pour créer le terreau d’une nouvelle révolte qui s’annonce ravageuse.

Ce qui aggrave considérablement la situation c’est la déliquescence de la classe politique qui affiche sans vergogne au monde entier, si besoin est, ses insuffisances, son immaturité et son irresponsabilité.

A commencer par un gouvernement incapable de gérer deux dossiers à la fois et qui a laissé tomber toutes les affaires du pays, pour consacrer tous ses efforts et moyens à la lutte contre l’épidémie, oubliant que cette lutte n’aurait jamais dû se consacrer au voler médical ni à la gestion, à la manière des pompiers, des problèmes sociaux. Maintenant, que la crise est en train de s’éloigner, il se retrouve aux commandes d’un pays auquel il va être très difficile, pour ne pas dire impossible, de faire relever le nez.

Le gouvernement tunisien donne l’impression de vouloir que l’épidémie s’éternise, en faisant des annonces en complète opposition avec la réalité de la situation épidémiologique. Avec, en prime une classe politique qui s’entre-tue, poussant le ridicule jusqu’à se faire la guerre entre clans alliés, sans parler, bien évidemment de la honte des querelles entre les trois présidences dont on a voulu affubler le pays, avec leurs luttes pour grignoter chacun sur le territoire et les prérogatives de l’autre, au point où çà a débordé sur les affaires étrangères du pays, offrant l’image d’ un show tragi-comique à la communauté internationale.

Une situation explosive, qui menace de sauter au premier accrochage ou à la première fausse note. Et ce ne sont pas ceux-ci ou celles là qui manquent. Des sit-in et des manifestations se préparent, comme des intentions de vote de censure, voire de vote de retrait de confiance…

En bref, un cocktail qui fait que la Tunisie est, réellement, assise sur un baril de poudre !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut