Societe

La Tunisie réagit « enfin » à l’alerte de la maladie à Ebola

Dans une déclaration accordée, ce mardi 26 août 2014 à Mosaïque Fm, Salah Gharsallah, PDG de l’Office de l’aviation civile et des aéroports (OACA) a annoncé que dans le cadre de la prévention du virus de l’Ebola, un renforcement du contrôle dans les aéroports est prévu en collaboration avec le ministère de la Santé et les structures concernées et surtout au niveau des vols directs entre la Tunisie et les pays africains.

Il est à rappeler que cette maladie s’est largement propagée au cours de cette dernière période dans plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest (la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone), et qu’elle est désormais classée comme hors de contrôle de la part des instances sanitaires internationales.
Mais la mesure décidée par l’OACA reste en deçà du minimum requis dans ce genre de situation, puisque la Tunisie est très peu desservie par des vols directs en partance de l’Afrique subsaharienne, et que la période d’incubation de la maladie (période pendant laquelle on peut porter le virus sans en avoir les signes cliniques) permettrait à des individus ayant opéré des transits dans des capitales européennes, de rentrer en Tunisie et de passer au travers de ce dispositif qui va se limiter aux vols au départ des zones endémiques.

Et par ailleurs, il semblerait que cette mesure se limiterait aux accès aéroportuaires ce qui négligerait d’autres voies assez importantes, comme les frontières terrestres avec la Libye ou l’Algérie. Sachant que ces deux pays sont assez ouverts aux passagers en provenance de l’Afrique subsaharienne.

Commentaires

Haut