Monde

La Turquie discute de l’exploration pétrolière et gazière en Libye

La Turquie discute de l’exploration pétrolière et gazière en Libye

La Turquie est en pourparlers pour l’exploration pétrolière et gazière en Libye, alors que l’administration du président Recep Tayyip Erdogan cherche des opportunités commerciales dans ce pays d’Afrique du Nord ravagé par le conflit.

La Turquie et le gouvernement libyen reconnu par les Nations Unies, qui contrôle la capitale Tripoli et d’autres parties de l’ouest, discutent de blocs énergétiques onshore et offshore, selon un responsable turc de l’énergie, qui a demandé l’anonymat car l’information n’est pas pas publique, rapporte Bloomberg.

La National Oil Corp de Libye, également basée à Tripoli, est impliquée dans les pourparlers, qui portent sur des sujets tels que la production d’électricité et les opérations de pipeline, a déclaré le responsable.

Un accord énergétique renforcerait les liens de la Turquie avec le gouvernement d’accord national, qui a repoussé une campagne menée par le commandant basé à l’est, Khalifa Haftar pour capturer Tripoli et arracher le contrôle total du membre de l’OPEP plus tôt cette année. Ankara a envoyé des troupes et des conseillers militaires en Libye en janvier, ce qui s’est avéré crucial pour inverser la tendance contre Haftar.

La Libye, qui abrite les plus grandes réserves de pétrole brut d’Afrique, est ravagée par la guerre et l’anarchie depuis la révolte de 2011 qui a renversé l’ancien dictateur Mouammar al-Kadhafi. Le pays est divisé entre le GNA et l’armée nationale libyenne de Haftar, soutenue par la Russie, les Émirats arabes unis et l’Égypte.

La guerre a dévasté l’industrie pétrolière libyenne. Le pays n’a produit que 100 000 barils de brut par jour en juillet, soit une fraction des 1,6 million de barils de production quotidienne il y a dix ans.

L’ouest de la Libye abrite le plus grand gisement de pétrole du pays, Sharara.

La Turquie a des liens historiques profonds avec la Libye, où les turcs ont régné dans le cadre de l’ancien Empire ottoman jusqu’en 1912.

Le GNA a déclaré que son Premier ministre, Fayez al-Sarraj s’était rendu en Turquie au début du mois pour discuter de la coopération économique et sécuritaire avec Erdogan.

Les deux parties ont discuté du «retour des entreprises turques pour parachever des projets d’infrastructure interrompus en Libye et contribuer à de nouveaux projets», selon un communiqué du GNA du 6 septembre.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut