Société

La véritable identité du grand brûlé, toujours en vie, visité par Ben Ali

La femme de Mohamed Elmachli, un père de famille qui s’est immolé par le feu quelques jours après Bouazizi, a révélé que le Président déchu a visité son mari et non pas Mohamed Bouazizi fin décembre 2010 et que la photo prise est celle de son mari.

Le 26 décembre 2010, Mohamed Elmachli  s’est immolé par le feu à Kasserine. Il a été amené au Centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous où il est resté jusqu’à fin janvier 2011.

“Bouazizi était alors déjà mort. Ils ont amené mon mari dans un état grave, entièrement couvert de pansements pour faire croire aux citoyens tunisiens que Bouazizi était encore en vie et calmer l’opinion publique. Mon mari était conscient de cette mise en scène  bien qu’il soit dans un état semi-comateux”.

Elmachli se souvient de l’infirmière qui lui a dit après son réveil : “Pour toi qui vient de Kasserine, une nouvelle vie commence car le Président t’a rendu visite et a ordonné qu’on prenne soin de toi”.

“Combien  j’ai été naïf, j’ai cru que Ben Ali venait  nous rendre visite à tous, mais il s’est contenté de se tenir debout devant moi quelques instants et il est parti aussitôt après” témoigne Elmachli.

“J’ai voulu dire la vérité aux Tunisiens  et leur révéler cette mascarade”.

La situation de ce patient est très grave, hospitalisé à l’hôpital de Kasserine, dans des conditions déplorables, ses chairs  se sont putréfiées et infectées, dégageant une odeur fétide.

Sa femme a parlé de son état : “son état s’est aggravé depuis qu’il a été transféré du Centre de Ben Arous à l’hôpital de Kasserine fin janvier. J’ai essayé à plusieurs reprise de le ramener à Ben Arous mais la direction du Centre affirme qu’il n’existe aucun dossier le concernant dans ses archives et, par conséquent, qu’il n’a jamais été hospitalisé chez eux !”.

Toutefois, le 26 juillet 2011, après les protestations de quelques associations, le ministre de la Santé a ordonné le transfert de Mohamed Elmachli au Centre de Ben Arous où il doit subir des greffes de peau.

Source : Al Ousbouai+ Al Bayen


Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut