L’AMT: “Le dernier mouvement des magistrats a maintenu certaines figures de la corruption”

L’Association des Magistrats Tunisiens a tenu, samedi, un conseil national consacré aux préparatifs de son congrès extraordinaire prévu le 30 octobre prochain.

L’assainissement du secteur judiciaire a été au centre des débats. Le président de l’AMT Ahmed Rahmouni a indiqué que la commission chargée d’établir la liste des magistrats corrompus a entamé ses travaux sous la direction du bureau exécutif de l’AMT. Cette commission avait été créée le 5 aout dernier.

L’assainissement du secteur judiciaire, a précisé M. Rahmouni, est du ressort du ministère de la justice et l’AMT ne fait qu’apporter une contribution à ses efforts.

Le dernier mouvement des magistrats a maintenu certaines figures de la corruption, a-t-il soutenu, soulignant que le conseil national examinera les actions à entreprendre pour rectifier cette situation. Près de 180 réclamations ont été enregistrées concernant le dernier mouvement des magistrats qui, a estimé M. Rahmouni, “maintenu certains magistrats corrompus dans leurs postes”.

Evoquant “le limogeage” du premier président du tribunal administratif, M. Rahmouni a estimé qu’il s’agit d’une décision soudaine qui n’a pas respecté le principe de concertation avec la profession représentée par l’AMT ou les magistrats du tribunal administratif eux-mêmes.

Il est impératif, a martelé le président de l’AMT, de limiter le pouvoir discrétionnaire en ce qui concerne la nomination du premier président du tribunal administratif et d’adopter des critères objectifs dans le cadre du conseil supérieur de la magistrature élu.

L’AMT avait appelé à l’adoption d’un décret-loi portant création d’un conseil supérieur transitoire élu de la magistrature chargé de la gestion des affaires de la magistrature.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com