Economie

QNB – L’Asie du Sud-Est confrontée aux vents de face de la Chine et de la guerre en Ukraine

QNB – L’Asie du Sud-Est confrontée aux vents de face de la Chine et de la guerre en Ukraine

L’économie mondiale continue de se remettre de l’impact de la pandémie de Covid-19. Cependant, de nouveaux chocs stagflationnistes ont frappé au début de 2022. La guerre en Ukraine et l’interaction de la variante hautement contagieuse Omicron avec la politique chinoise du “zéro Covid” font grimper l’inflation mondiale, mais font baisser la croissance économique mondiale (PIB). Cependant, ces chocs ont des impacts divergents sur les différentes régions et pays.

Ces dernières semaines, nous avons examiné l’impact de la reprise après la pandémie et de ces nouveaux chocs sur l’économie mondiale, les liquidités mondiales, les États-Unis, l’Europe et la Chine. Cette semaine, nous portons notre attention sur l’Asie du Sud-est (ASE). Depuis l’apparition de la pandémie, l’Asie du Sud-est est restée à la traîne des économies avancées en raison des faibles taux de vaccination initiaux, des contraintes de la chaîne d’approvisionnement et des politiques monétaires et fiscales moins favorables.

Pour l’avenir, les perspectives pour l’Asie du Sud-est sont celles d’une reprise continue après la pandémie. Nous examinons ici quatre pays représentatifs, en nous penchant sur deux importateurs nets de matières premières, la Thaïlande et le Vietnam, avant de nous intéresser à deux exportateurs nets de matières premières, l’Indonésie et la Malaisie.

La Thaïlande

Un niveau élevé de vaccination a permis à la Thaïlande de rester ouverte pendant la vague Omicron au début de l’année 2022, mais le rétablissement complet de la pandémie sera retardé par d’autres facteurs.

Malgré un assouplissement des restrictions aux frontières, le secteur du tourisme est toujours en difficulté, le nombre de visiteurs ayant encore diminué de plus de 90 %. En outre, la guerre en Ukraine limitera le nombre de visiteurs en provenance de Russie, qui représentait 15 % des touristes avant la guerre.

Avec la plus grande part d’importations nettes de produits énergétiques de la région, soit 4 % du PIB, les prix élevés des produits de base constituent un vent contraire pour l’économie thaïlandaise. Cela se traduit par une hausse de l’inflation, qui a bondi de 3,2 % en janvier à 5,7 % en mars. Ces pressions inflationnistes pourraient contraindre la banque centrale à relever ses taux d’intérêt.

Le Vietnam

Comme en Thaïlande, un niveau élevé de vaccination signifie que l’impact d’Omicron sur le Vietnam a été léger, permettant aux secteurs des services et de l’industrie de rester ouverts tout au long de cette vague.

La réouverture des frontières du Vietnam devrait donner un coup de fouet au secteur du tourisme, qui représentait environ 5 % de l’économie avant la pandémie. Cependant, le nombre de visiteurs en provenance de la Russie sera limité et représentera un vent contraire pour le tourisme, le nombre total de visiteurs étant toujours bien inférieur aux niveaux d’avant la pandémie.

Cependant, les prix élevés du pétrole vont freiner la demande des consommateurs et faire grimper les coûts de production dans le secteur manufacturier. Un risque particulier vient de la dépendance du Vietnam à l’égard des pièces provenant de Chine, où la pandémie continue de perturber les chaînes d’approvisionnement. La part des intrants manufacturiers provenant de Chine est élevée, atteignant près de 24 % de la valeur ajoutée brute.

Heureusement, l’inflation n’était que de 1,4 % en mars, et il est peu probable qu’elle dépasse les 4 % visés par les banques centrales. L’inflation n’est pas vraiment un sujet de préoccupation au Vietnam et les taux d’intérêt devraient rester inchangés cette année.

L’Indonésie

En revanche, la reprise économique de l’Indonésie devrait s’accélérer cette année, tirée par les prix élevés des matières premières, car ce pays est un exportateur net de matières premières. Toutefois, l’interdiction récente d’exporter de l’huile de palme, qui représente 7 % des exportations totales, constituera un vent contraire, mais contribuera à limiter la pression à la hausse sur l’inflation intérieure.

Bien que l’inflation ait atteint 2,6 % en mars, elle reste bien dans la fourchette cible de 2 à 4 % de la banque centrale. Les subventions aux carburants limitent la mesure dans laquelle la hausse des prix du pétrole se répercute sur l’inflation. Ces faibles pressions inflationnistes signifient que la banque centrale peut maintenir une politique monétaire souple pour soutenir l’économie, avec peut-être une ou deux hausses de taux plus tard cette année.

La Malaisie

Comme en Thaïlande et au Vietnam, la réouverture des frontières internationales de la Malaisie ajoutera des vents arrière supplémentaires à l’économie. Le tourisme a contribué à environ 6 % du PIB en 2019 et les travailleurs immigrés pourront à nouveau combler les pénuries de main-d’œuvre dans l’agriculture.

Une fois encore, comme en Indonésie, l’inflation reste faible, avec un taux de 2,2 % en mars. Ceci est principalement dû aux subventions sur les carburants qui limitent l’impact des prix élevés du pétrole sur les consommateurs. En conséquence, la banque centrale de Malaisie ne relèvera les taux d’intérêt que progressivement cette année.

En conclusion, les différences proviennent du degré de dépendance des pays vis-à-vis du tourisme et du fait qu’ils sont importateurs ou exportateurs de produits de base. Le tourisme ne se redresse encore que progressivement, et à partir de niveaux très bas, malgré l’assouplissement des contrôles aux frontières. Les exportateurs de produits de base sont en mesure d’utiliser les subventions aux carburants pour tempérer la hausse de l’inflation et maintenir les taux d’intérêt à un niveau bas pendant plus longtemps, par rapport aux importateurs de produits de base qui sont confrontés à une inflation plus élevée. La faiblesse de la croissance en Chine est un vent contraire pour tous les pays de l’Asie du Sud-est. Toutefois, cet effet n’est significatif que pour le Vietnam, car les chaînes d’approvisionnement sont très étroitement liées à la Chine.

 

 AVERTISSEMENT : Les informations contenues dans cette publication (“Informations”) ont été préparées par Qatar National Bank (Q.P.S.C.) (“QNB”), ce qui inclut ses succursales et ses sociétés affiliées. Les informations sont considérées comme fiables et ont été obtenues à partir de sources réputées fiables ; toutefois, QNB ne donne aucune garantie, représentation ou assurance de quelque nature que ce soit, expresse ou implicite, quant à l’exactitude, l’exhaustivité ou la fiabilité des informations et ne peut être tenue responsable de quelque manière que ce soit (y compris en cas de négligence) de toute erreur ou omission dans les informations. QNB rejette expressément toute garantie de qualité marchande ou d’adéquation à un usage particulier en ce qui concerne les informations. Tous les hyperliens vers des sites Web de tiers sont fournis uniquement pour la commodité du lecteur et QNB ne cautionne pas le contenu de ces sites Web, n’en est pas responsable et n’offre au lecteur aucune confiance quant à l’exactitude ou aux contrôles de sécurité de ces sites Web. QNB n’agit pas en tant que conseiller financier, consultant ou fiduciaire en ce qui concerne l’information et ne fournit pas de conseils en matière d’investissement, de droit, de fiscalité ou de comptabilité. Les Informations présentées sont de nature générale : elles ne constituent pas un conseil, une offre, une promotion, une sollicitation ou une recommandation concernant les informations ou les produits présentés dans cette publication. Cette publication est fournie uniquement sur la base d’une évaluation indépendante de l’information par le destinataire, à ses seuls risques et responsabilités. Elle ne doit pas être utilisée pour prendre une décision d’investissement. QNB recommande au destinataire d’obtenir des conseils en matière d’investissement, de droit, de fiscalité ou de comptabilité auprès de conseillers professionnels indépendants avant de prendre toute décision d’investissement. Toutes les opinions exprimées dans cette publication sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de QNB qui se réserve le droit de modifier toute information à tout moment et sans préavis. QNB, ses administrateurs, ses dirigeants, ses employés, ses représentants ou ses agents n’assument aucune responsabilité pour les pertes, les blessures, les dommages ou les dépenses qui peuvent résulter ou être liés de quelque façon que ce soit à la confiance accordée par toute personne à l’information. La publication est distribuée à titre complémentaire et ne peut être distribuée, modifiée, publiée, réaffichée, réutilisée, vendue, transmise ou reproduite en tout ou en partie sans l’autorisation de QNB. A la connaissance de QNB, les Informations n’ont pas été examinées par la Banque centrale du Qatar, l’Autorité des marchés financiers du Qatar ou toute autre autorité gouvernementale, quasi-gouvernementale, réglementaire ou consultative, que ce soit au Qatar ou en dehors, et aucune approbation n’a été sollicitée ou reçue par QNB concernant les Informations. 

Source : Communiqué de presse 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut