news

Le CBF à l’avant-garde de l’intégration de l’IA dans sa gouvernance

Le CBF à l’avant-garde de l’intégration de l’IA dans sa gouvernance

Le colloque annuel organisé par l’Institut tunisien des administrateurs (ITA) a rassemblé, le 6 juin courant, des intervenants éminents pour discuter des interactions entre l’intelligence artificielle (IA) et la gouvernance, ainsi que des enjeux et perspectives pour l’avenir.

Parmi les participants de premier plan, Néji Ghandri, président du Directoire d’AMEN BANK et du Conseil Bancaire et Financier (CBF).

IA et gouvernance bancaire en Tunisie

L’IA est un catalyseur de transformation qui offre des opportunités passionnantes et des défis complexes dans de nombreux secteurs, notamment l’éducation, la santé et la finance. Grâce aux avancées technologiques, à la disponibilité des données, à la demande croissante pour des solutions innovantes et au développement de l’IA générative, son rôle ne cesse de croître.

Sous la direction du CBF, le secteur bancaire en Tunisie se positionne à l’avant-garde de l’intégration de l’IA dans sa gouvernance. Les banques tunisiennes, telles qu’AMEN BANK, ont déjà mis en place des initiatives novatrices pour lutter contre le blanchiment d’argent, gérer les fraudes et offrir une expérience client personnalisée.

L’Intelligence Artificielle (IA) offre plusieurs atouts pour améliorer la gouvernance des banques, notamment la prise de décision éclairée, l’efficience opérationnelle et l’expérience client personnalisée. Les algorithmes d’IA peuvent analyser de vastes ensembles de données pour fournir des insights précis et rapides, réduisant ainsi les délais de décision et améliorant la prise de décision. De plus, l’automatisation des processus par l’IA réduit les coûts et les erreurs humaines, ce qui permet de gérer les opérations de manière plus efficace.

Cependant, l’IA soulève également des enjeux majeurs qui doivent être pris en compte. Les enjeux éthiques sont particulièrement importants, car la transparence et l’équité des algorithmes doivent être garanties pour éviter les biais et les discriminations. La gestion des données est également cruciale, car la qualité et la sécurité des données sont essentielles pour le bon fonctionnement des systèmes d’IA. Enfin, les enjeux technologiques et socio-économiques doivent être pris en compte, car la mise en œuvre de l’IA nécessite des infrastructures robustes et des compétences spécialisées, et son impact sur l’emploi et les inégalités doit être évalué pour éviter les répercussions négatives sur la société.

Perspectives de l’IA dans la gouvernance des banques

L’IA continuera à évoluer, offrant de nouvelles opportunités pour améliorer la gouvernance des entreprises. Pour maximiser les avantages tout en minimisant les risques, les entreprises doivent investir dans la formation et la sensibilisation. Néji Ghandri a souligné l’importance de l’éducation et du développement des compétences pour assurer une adoption responsable de l’IA.

Rappelons que l’Institut Tunisien des Administrateurs (ITA) joue un rôle clé dans la formation et l’information des administrateurs, ainsi que dans la sensibilisation à leurs droits et obligations. Au cours de ces quatre dernières années, l’ITA a réussi à former et certifier 120 administrateurs de sociétés et de banques, créant ainsi un vivier de compétences pour les entreprises et les établissements de crédit tunisiens.

 

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut