Politique

Le mouvement Ennahdha critiqué pour son “totalitarisme”!

splomaLe militant et politicien de gauche, Salah Zeghidi a affirmé que les “Nahdhaouis sont abhorrés” , qualifiant le Mouvement Enahdha de parti “totalitaire”.

Au cours du débat dans le cadre de l’émission “Liman Yajroo Fakat” sur la chaîne El Hiwar Ettounsi diffusée dimanche soir, Salah Zeghidi, a affirmé que la parti Ennahdha cultive un double langage et dissimule sa véritable nature en camouflant son appartenance à la confrérie des Frères musulmans.

Pour lui, le totalitarisme d’Ennahda à l’instar de tous les autres mouvements des Frères musulmans dans le monde, est incarné par leur vision totalitaire du monde, de l’humanité et même de l’individu.

Selon lui, Ennahda ne laisse pas aux individus le choix de leur liberté en les classifiant, selon que qu’ils prient ou pas , qu’ils soient hommes et femmes, barbus ou non et autres considérations qui relèvent du domaine du particularisme des individus.

Toutefois, le dirigeant et député du Mouvement Ennahdha à l’Assemblée des représentants du peuple, Mohamed Ben Salem a réfuté ces accusations, affirmant que son parti a fait la synthèse de tous les courants islamique dans le monde pour se façonner une identité propre inspirée de la réalité de la Tunisie.

Ancien ministre de l’Agriculture sous la Troïka, Mohamed Ben Salem qui est considéré comme un des faucons du parti islamiste, a souligné que les Frères musulmans représentent un mouvement “pacifique qui prône la non violence”, exprimant sa très grande solidarité avec les Frères musulmans égyptiens.

Il a affirmé que tout démocrate devrait se solidariser avec les membres de la confrérie en Egypte et dénoncer le traitement et l’oppression dont ils sont victimes.

Pour sa part, Samir Abdallah, avocat et ancien ambassadeur à Beyrouth durant le régime de Ben Ali, a fustigé le Mouvement Ennahdha qu’il a accusé de cacher son jeu, affirmant que c’est un parti avant tout religieux et que les changements mis en avant comme la séparation entre “le politique et la prédication” ne sont qu’un écran de façade.

Il a souligné aussi que le parti Ennadha n’est pas un parti civile , affirmant qu’il entretient le flou pour semer la confusion. ISamir Abdallah qui a rejoint dernièrement le parti de Mohsen Marzouk, Machrou Tounes”, a exhorté le parti à s’enraciner dans le pays et à être au service de la Tunisie et non pas à la solde d’une prétendue “Nation” dont les contours ne sont pas précis.

Marzouki et Ben Ali

Commentant l’assertion du ministre de Education Neji Jalloul faite la semaine dernière,selon laquelle l’ancien président Marzouki, est le plus mauvais chef d’Etat qu’a a connu la Tunisie et que Ben Ali a incarné mieux que lui un homme d’Etat, le dirigeant nahdhaoui, Mohamed Ben Salem a affirmé ne pas partager cet opinion.

Il a affirmé que la présidence de Marzouki était meilleure que celle actuellement en cours de Béji Caïd Essebsi, rappelant qu’il n’pas voté pour lui.

Ben Salem a souligné aussi que  la majorité des militants du parti qui ont jeté leur dévolu sur Marzouki durant les élections présidentielle de 2014 après que le parti a donné la liberté aux adhérents de faire leur choix.

Ainsi, on comprend aisément que cette prise de position publique face à un allié actuel du parti Ennadhda,  vise avant tout à se positionner par rapport aux autres tendances au sein du mouvement et à caresser la base dans le sens du poil.

 

 

Commentaires

Haut