Monde

L’échec d’organiser une rencontre entre Haftar et Al-Sarraj perpétue la crise en Libye!

dafaxiLa médiation égyptienne dans le dossier libyen a une nouvelle fois échoué à concrétiser une avancée dans le règlement de la crise libyenne après l’échec de faire rencontrer au Caire le Premier ministre du gouvernement d’Entente nationale en Libye , Fayez Al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, chef des forces armées libyennes basées à l’Est du pays.

Une rencontre cruciale sur laquelle beaucoup d’espoir ont été nourris eu égard au poids que représentent ces deux responsables libyens qui détiennent les clefs du règlement de cette crise.

L’enjeu de cette médiation étaient si importants que des informations erronées ont été publiées dans la presse faisant état d’une rencontre directe entre Haftar et Al-Sarraj. Certains médias sont allés jusqu’à annoncer la signature d’un accord portant sur la restructuration du Conseil présidentiel et l’amendement de l’Accord politique

Pourtant les deux hommes étaient présents depuis lundi au Caire pour des pourparlers de paix sous les auspices de l’Egypte qui est censée être très engagée dans le règlement de la crise en Libye.

Après deux jours de rencontres séparées avec des responsables égyptiens chargés de la médiation, Al-Sarraj et Haftar ne se sont pas réunis directement. Le maréchal Haftar ayant refusé  de rencontrer Al-Sarraj.

Deux versions ont été avancées à ce sujet, l’une affirme que le maréchal a posé des conditions si draconiennes qu’elles ont été refusées par le Premier ministre Fayez Al-Sarraj. L’autre version rapporte que Haftar a tout simplement, refusé de rencontrer Al-Sarraj lui lançant un défi en lui disant “entre-nous c’est le terrain de la bataille”. Des déclarations qui prouve que c’est le langage de l’escalade militaire qui est de rigueur.

Mauvaise volonté de l’Egypte

Mais, selon des analystes, l’échec de cette médiation pose des interrogations multiples, s’étonnant que les autorités égyptiennes puissent échouer à faire rencontrer les deux hommes après les avoirs invités pour cette raison.

Ces mêmes analystes y voient une mauvaise volonté de l’Egypte qui est connue pour soin soutien à Haftar et à la région Est de la Libye qui lui est frontalière.

D’autres sont allés plus loin en affirmant que l’Égypte a cherché à redorer le blason du maréchal Haftar en mettant en exergue son leadership au détriment de ses adversaires politiques.

Ils se sont également étonnés que les responsables égyptienne n’aient pas pu faire pression sur Haftar pour une rencontre avec le Premier ministre pour régler la crise.

Selon eux , il y a une mauvaise volonté du Caire à faire aboutir une issue politique à la crise en Libye.

En tout cas ce nouvel échec de la médiation égyptienne dans la crise en Libye est coup dur pour les Libyens eux-mêmes et pour les pays voisins qui subissent les contrecoups de l’insécurité dans ce pays.

Toutefois l’espoir est encore permis et les tentatives de régler la crise libyenne se poursuivent toujours. L”annonce de la tenue en Tunisie d’une conférence ministérielle sur le Libye  le 1er mars prochain est de nature a ouvrir des perspectives d’une nouvelle opportunité pour la Libye.

 En effet, les ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, de l’Algérie, de l’Egypte et de la Libye participeront à cette rencontre du 1er mars consacrée à la crise libyenne.

Une énième rencontre qui de l’avis de des observateurs connaîtra le même sort que les précédentes tant que les Libyens n’auront pas été convaincus eux-mêmes de la nécessité de faire la paix.

Les rapports de forces entre les belligérants étant équilibré, c’est la logique des affrontements qui prévaudra encore longtemps, estime-t-ils.

 

Commentaires

Top 48h

Haut