Libye: Plus de 100 morts dans des combats entre tribus au sud-est

Plus de 100 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans des combats opposant depuis une dizaine de jours des tribus du sud-est désertique de la Libye, a-t-on appris mardi de sources tribales.

Depuis le début des combats, 113 personnes ont été tuées et 241 blessées parmi les Toubous, a indiqué le chef de cette tribu, Issa Abdelmajid, tandis que la tribu des Zouwaya a fait état de 23 morts et plus de 50 blessés parmi ses membres.

Selon un membre de cette tribu, trois personnes ont été tuées mardi et treize autres blessées.

Selon M. Abdelmajid, un ex-opposant de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi, six enfants de sa tribu figurent parmi les personnes tuées dans les combats.

Le porte-parole du Conseil national de transition (CNT, au pouvoir) Mohamed Harizi, n’était pas en mesure de confirmer ces bilans.

Les affrontements entre les deux tribus avaient éclaté le 12 février dans la ville de Koufra au sud-est de la Libye, frontalier du Tchad, du Soudan et de l’Egypte.

M. Harizi a indiqué que la situation était toujours critique à Koufra.

Le CNT a décidé d’envoyer des forces la bas pour sécuriser la ville et les frontières sud et empêcher que des éléments étrangers n’entrent en Libye, a-t-il dit, affirmant que des brigades d’ex-rebelles ont commencé à se diriger vers Koufra.

M. Abdelmajid a dénoncé un plan d’extermination des Tobous, appelant la communauté internationale à intervenir pour arrêter les combats.

Il a ajouté avoir appelé le CNT à l’aide.” Mais nous n’avons reçu aucune réponse jusqu’à maintenant”, a-t-il dit.

De son côté, le porte-parole du Conseil local de Koufra, Younes Zwei, de la tribu des Zouwaya, a indiqué que la ville combattait des Tchadiens et des Soudanais, dont plusieurs d’entre eux ont été tués ou arrêtés.

Les Toubous qui vivent aussi dans les pays frontaliers comme le Niger et le Tchad contestaient leur marginalisation sous l’ancien régime de Mouammar Kadhafi qui refusait d’accorder la citoyenneté à certains de leurs membres, invoquant leurs origines tchadiennes.

Selon M. Zwei, certains combattants étrangers arrêtés étaient en possession de documents d’identité, falsifiés.

Koufra, une ville de 40.000 habitants située au sud-est de la Libye, frontalier du Tchad, du Soudan et de l’Égypte, est un point de passage stratégique de contrebandiers du désert.

Selon une source du CNT qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat, les tribus s’affrontent pour le contrôle de la contrebande dans cette région.

Source: AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut