L’Irak ouvre ses frontières aux réfugiés syriens

Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a ordonné l’ouverture des frontières du pays pour permettre l’entrée des réfugiés syriens fuyant les combats, a annoncé son bureau lundi 23 juillet 2012, dans un communiqué.

L’instruction a été diffusée au sein de l’armée irakienne, auprès des gardes-frontière, du Croissant-Rouge ainsi que d’autres responsables. Elle prévoit que des préparatifs doivent être engagés pour accueillir les Syriens “que des conditions exceptionnelles dans leur pays obligent à devoir se déplacer”, selon le communiqué.

Le général Issam Yassim, un haut commandant basé au point de passage d’Al Walid, à 560 kilomètres à l’ouest de Bagdad, a confirmé  avoir reçu l’ordre.

L’officier a précisé qu’il s’appliquait à tous les postes-frontière irakiens avec la Syrie.

Al Walid, l’un des trois principaux postes-frontière entre les deux pays, est contrôlé par les forces fidèles à Bachar al Assad et constitue le point de passage le plus important des milliers d’Irakiens qui habitaient en Syrie et qui ont fui les violences.

Les rebelles affirment contrôler le poste d’Abou Kamal/Kaïm, plus loin dans le Nord, mais l’armée irakienne le bloque, par crainte d’un débordement des violences.

Le poste de Rabia, près de la ville de Mossoul, également dans le nord de l’Irak, est à nouveau sous le contrôle des forces gouvernementales syriennes, après avoir été brièvement conquis par les insurgés.

Un quatrième poste, moins important, se trouve dans le Kurdistan irakien, près de la frontière turque.

Source: Reuters

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut