Monde

Maroc : plaintes contre X pour pédophilie bientôt déposées en France et au Maroc

Luc Ferry a accusé un ministre français de pratiques pédophiles au Maroc. Une association marocaine va porter plainte contre X mercredi prochain.

Les déclarations de Luc Ferry lundi dernier sur Canal+ n’en finissent pas d’avoir des répercussions. L’ex-ministre de l’Education nationale français avait accusé au Grand Journal un autre ministre d’avoir été exfiltré par son gouvernement après des relations sexuelles pédophiles au Maroc. Des allégations qui ont entraîné la semaine dernière l’ouverture d’une enquête préliminaire par le Parquet de Paris. C’est désormais une plainte contre X qui vient s’y ajouter. Un avocat français a annoncé en effet qu’il déposait plainte en France mercredi au nom d’une ONG marocaine pour des actes de pédophilie.

“Notre objectif est de pousser la justice française à vraiment enquêter”, a déclaré samedi à l’AFP Me Jean Chevais, l’avocat parisien de l’association marocaine “Touche pas à mon enfant”. Voici l’interiew de Najat Anouar, Présidente de l’association :

Dans quelles circonstances est née l’association “Touche pas à mon enfant” ?

C’était au début de l’été 2004, après la mort d’un petit garçon de 3 ans et demi victime d’un pédophile. J’ai été choquée par le complot du silence qui s’était instauré autour de cette tragédie, en partie à l’instigation des parents du garçonnet. Et plus encore lorsque j’ai appris que le coupable, qui sévissait depuis fort longtemps, n’avait été condamné qu’à deux ans de prison. Ce jugement m’a révoltée. J’ai pensé aux autres enfants sans défense et je me suis dit que, si nous pouvions nous réunir à plusieurs pour lutter contre ce fléau, nous aurions plus de chances d’être entendus. Nous avons l’intention de nous battre contre tous les abus dont sont victimes les enfants dans notre pays.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous vous heurtez dans votre action ?

Il nous faut lutter à la fois contre les abus sexuels dont sont victimes les mineurs et contre les tabous ancrés dans notre société: les proches de la victime préfèrent souvent garder le silence par peur du qu’en-dira-t-on. Il arrive en effet que la police et la justice fassent leur travail, mais se heurtent aux hésitations des parents lorsqu’il s’agit de formuler une plainte précise. Il faut que les mentalités évoluent et nous nous efforçons d’y contribuer.

Au Maroc, la pédophilie est-elle liée au tourisme sexuel ?

Le tourisme sexuel existe, mais il y a aussi des pédocriminels marocains. Notre association s’est donné pour objectif de combattre tous les cas d’abus sexuels sur mineur qui se présentent à nous. Il faut tout faire pour dissuader les pédophiles étrangers de venir au Maroc. Et tout faire aussi pour que les pédophiles autochtones soient empêchés de nuire. Cela implique que des mesures répressives soient prises, et que l’on fasse passer un message clair. Le développement du tourisme entraîne malheureusement une augmentation du nombre de visiteurs mal intentionnés, et notamment de pédophiles. Or nous devons absolument refuser que le royaume devienne une destination sexuelle.

Concrètement, comment agissez-vous ?

Chaque fois que c’est possible, nous nous portons partie civile au côté des victimes et nous médiatisons notre action. Nous avons ainsi traité une soixantaine de cas à travers le Maroc. Y compris des affaires impliquant, à Marrakech ou à Agadir, des pédophiles allemands, belges ou français, qui ont été jugés et condamnés. Notre action porte ses fruits. Il arrive en effet de plus en plus souvent que l’on nous contacte pour dénoncer tel ou tel cas. C’est important, car cela veut dire que les tabous commencent à tomber.

Cette dernière a déjà déposé vendredi à Marrakech, au sud du Maroc, une plainte contre X dans la même affaire.

“Il faut que les choses avancent et rapidement. Vous savez en France, comme au Maroc, les enquêtes préliminaires peuvent prendre beaucoup de temps. Cela peut être une manière élégante d’enterrer un peu le dossier”, a ajouté Me Chevais, en visite au Maroc.

“On cite l’exemple des Etats-Unis dans plusieurs domaines, mais eux au moins, dans le domaine de la justice, ils savent aller vite”, a-t-il indiqué. Luc Ferry a été entendu vendredi comme témoin par la police à Paris.

Deux autres associations suivent

“Déposer la plainte en France nous permettra d’avoir accès au dossier et de demander au procureur où ça en est. C’est aussi une forme de pression, car autrement, c’est l’enterrement première classe du dossier”, a conclu Me Chevais.

Deux associations marocaines enregistrées en France vont d’ailleurs se joindre à cette plainte.

Il s’agit des “Amis de l’Association marocaine des droits humains”, association basée à Lille (nord) qui compte une centaine d’adhérents en France, et “Mémoire vive agir pour la citoyenneté au Maroc” (une cinquantaine d’adhérents dans la région de Lille).

Selon Imad Abdelatif, Président des “Amis de l’Association marocaine des droits humains”, il n’est “pas exclu” que soit également déposée une plainte pour non-dénonciation de crime contre l’ex-ministre français de l’Education nationale français Luc Ferry, ainsi que contre “tout responsable politique au courant qui aurait dissimulé l’infraction” évoquée par le philosophe sur Canal+.

Il s’agit là d’un “combat contre l’impunité” dans lequel sont engagées les deux associations de défense des Droits de l’Homme et de la citoyenneté, a-t-il expliqué lors d’un point de presse à Lille.

La pédophilie, qui “pollue” des villes touristiques marocaines comme Marrakech “profite de la pauvreté des familles et de la fragilité des enfants”, a-t-il dit, affirmant que de nombreuses affaires sont “étouffées” en raison de “pressions”. Selon lui, au Maroc “beaucoup de procès n’aboutissents pas”, car “on donne de l’argent aux familles pour acheter leur silence”.

Source : AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut