Monde

Nouveau scandale de la compagnie United Airlines : un homme tabassé et éjecté de l’avion « au hasard » alors qu’il a payé son billet d’avion !

Il s’agit du second scandale dans l’espace d’un mois qui frappe la compagnie aérienne américaine United Airlines, juste après celui des fillettes interdites d’avion à cause des joggings moulants qu’elles portaient. En effet, cette fois, l’affaire est encore plus grave et on pourrait croire si on ignorait le nom de la compagnie, qu’il s’agit d’un incident qui s’est produit dan un pays se trouvant dans le bas de la liste des pays du tiers monde.

Heureusement, plusieurs vidéos amateurs filmées par les passagers à bord (qui ont secrètement utilisé leurs smartphones) ont circulé et rendu compte de la barbarie des sécuritaires de la compagnie. Les vidéos ont montré comment trois agents ont littéralement arraché un passager asiatique à son siège, le cognant violemment au passage sur l’un des accoudoirs (d’où un saignement abondant au niveau du visage), avant de le traîner par terre, presque inconscient, devant l’indignation et la stupéfaction des passagers. Certains ont d’ailleurs crié au scandale et appelé, sans succès à cesser ces maltraitances. Le pire, c’est que le passager était muni de son billet d’avion, et qu’on l’a choisi « au hasard » à cause d’un surbooking. A rappeler dans ce contexte que la loi du transport américain autorise cette procédure qui consiste à forcer les passager à quitter leurs sièges (s’il n’y a pas de volontaires) en cas de surbooking, en échange, des dédommagements doivent être payés.

Dans l’espace de quelques heures, la vidéo qui remonte à hier a fait plus de 350 000 vues sur YouTube. Cela a obligé le PDG de United Airlines Oscar Muñoz à réagir. Il a expliqué dans un communiqué qu’il s’agit d’ « un événement qui nous bouleverse tous ici chez United ». Il s’est excusé par la suite « pour avoir dû replacer ces clients ailleurs ». Enfin, il indique que des efforts sont déployés pour contacter le passager, lui parler directement et résoudre le problème ».

De son côté, Charlie Hobart, porte-parole de la compagnie de très mauvaise réputation, a détaillé l’évènement dans Chicago Tribune : «La compagnie a demandé à des volontaires de céder leurs sièges sur un vol dimanche soir en partance de Chicago (nord des États-Unis) pour Louisville (centre-est) pour cause de “surbooking”. Faute de volontaires, la compagnie a désigné d’office des passagers priés de quitter l’appareil. “L’un des clients a refusé de quitter la cabine volontairement et la police a été appelée à la porte d’embarquement ».

Notons que des médias ont rapporté que l’un des agents qui a tiré le passager de son siège a été suspendu. Toutefois, le fait que la compagnie n’a pas présenté des excuses claires pour excès de violence a incité les américains à appeler au boycott, surtout via les réseaux sociaux, et c’est sans surprise qu’on découvre que le mot « United » a figuré parmi les plus utilisés lundi sur Twitter, Facebook et Google.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com