Obama dévoile un plan d’aide économique pour aider les pays arabes à se démocratiser

Le président Barack Obama va dévoiler jeudi un plan d’aide économique de plusieurs milliards de dollars pour encourager les pays arabes à se démocratiser, sur le modèle de l’Europe de l’Est après la Guerre froide, ont annoncé mercredi des responsables américains.

Ce plan, initialement destiné à l’Egypte et à la Tunisie, cherchera à inciter d’autres pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, théâtres de révoltes populaires depuis le début de l’année, à entreprendre des réformes démocratiques, selon ces responsables s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

Le président américain présentera cette nouvelle initiative lors d’un discours destiné à embrasser d’une stratégie commune la vague de manifestations pour la démocratie qui a ébranlé voire renversé plus d’une demi-douzaine de régimes autocratiques dans la région ces cinq derniers mois.

“Il s’agit du début d’un effort de longue haleine”, a assuré ce responsable. Selon lui, l’Egypte et la Tunisie, où des manifestations de masse ont eu raison d’autocrates au pouvoir depuis des décennies, seront les premières bénéficiaires de cette initiative. “Nous espérons que d’autres transitions démocratiques suivront dans les années à venir”, a-t-il expliqué.

Le plan de Barack Obama appellera à étendre l’action de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), qui a soutenu les anciennes démocraties populaires d’Europe de l’Est ces 20 dernières années, afin de stimuler le développement de la démocratie dans le monde arabe. La soixantaine de pays actionnaires de la BERD se réunissent justement vendredi et samedi au Kazakhstan pour examiner un projet d’extension de ses activités à l’Afrique du Nord.

Washington œuvrera aussi à développer des incitations à la démocratisation dans le monde arabe, de concert avec la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement, ont promis ces responsables.

L’idée de cette stratégie, qui s’oppose notablement à celle de l’imposition d’une démocratie par intervention armée, comme la précédente administration républicaine de George W. Bush en avait formulé l’ambition en Irak, est de répondre à l’une des causes évoquées par les manifestants dans le monde arabe, la stagnation économique et le manque de perspective pour les jeunes.

Il s’agit également d’améliorer la gouvernance économique dans des pays qui “ne sont pas tellement liés les uns aux autres, ni intégrés à l’économie mondiale”, restreignant leurs potentiels de croissance, a souligné l’un des responsables.

La Maison Blanche a estimé ces derniers jours que les révoltes qui agitent encore aujourd’hui la Syrie, le Yémen ou la Libye recelaient des “opportunités” pour la région. Mais elle a aussi brandi le bâton en imposant mercredi de nouvelles sanctions au régime syrien pour sa répression sanglante des manifestations.

Source: AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut