Par Abdelaziz Gatri : L’État est-il une entreprise comme les autres ? La politique est-elle un produit comme les autres à adapter au goût des consommateurs à coups de sondages ?

Bien qu’ils peuvent se ressembler à certains égards, l’État ne peut être envisagé comme une entreprise, ni le citoyen comme un client. Le vrai politicien, disons l’homme ou la femme d’État, n’est pas un investisseur comme les autres. Il est porteur d’un projet de société, pour la société. Il S’INVESTIT, bat rues et campagnes pour convaincre les citoyens de son projet, investir en eux, les élever au rang de citoyens militants, bref, pour opérer un changement, sans s’attendre à un quelconque bénéfice personnel, sauf la satisfaction de voir son projet aboutir.

L’investisseur quant à lui,  INVESTIT, lance des études de marché et des études de satisfaction de la clientèle, pour mieux adapter son produit à ses exigences et ses caprices, dans le but  d’optimiser ses bénéfices. Il ressemble en cette attitude à ces réalisateurs égyptiens des années 70 qui proposaient des navets agrémentés de scènes érotiques, sous prétexte que c’est ce que veut le public (الجمهور عاوز كده).

Cela donne des slogans populistes, des promesses fantaisistes, des attitudes racoleuses et surtout des résolutions fascistes, genre on va vous débarrasser de ceci, on va éradiquer cela…

C’est de la pure escroquerie.

Si on y ajoute la distribution de cadeaux de tous genre, d’aides financières ou alimentaires, d’actions “caritatives” retransmises à la télé,  cela devient carrément de la corruption d’électeurs.

C’est valable pour certains projets politiques qui puent l’argent et la religion, mais aussi pour celui né dans l’éprouvette du gouvernement qui profite de l’exécution du budget de l’État pour amorcer une campagne électorale avant l’heure.

Abdelaziz GATRI

Expert-conseiller, opérations de commerce international, contentieux douanier.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut