Par Anis Khelifi – Réflexion : « Les principes d’ITIL et de COBIT dans les élections présidentielles »

Après la fin du 1er round des débats télévisés entre les candidats aux prochaines élections présidentielles, j’estime que les référentiels ITIL et COBIT peuvent beaucoup aider les candidats s’ils regardent de près ce que ces modèles offrent comme principes qui peuvent beaucoup aider tout candidat aux élections présidentielles.

Commençons par le modèle ITIL qui présente les 7 principes directeurs suivants et je commenterai comment on peut appliquer chaque principe dans le cas d’espèce des élections présidentielles.

  1. Mettre le focus sur la valeur : chaque candidat doit (aurait dû) exposer la/les valeur(s) qui le distinguent des autres candidats (expertise dans un domaine, qualités morales, etc.).
  2. Commencer là où vous êtes : continuer les œuvres des présidents précédents et non pas tout détruire et recommencer à zéro.
  3. Progresser itérativement avec des commentaires : chaque candidat doit (aurait dû) présenter un échéancier priorisé des actions envisagées.
  4. Collaborer et promouvoir la visibilité : un président doit (aurait dû) avoir une visibilité claire sur la voie à emprunter et avec qui il va collaborer pour la faire aboutir.
  5. Penser et travailler de manière holistique : un président doit (aurait dû) avoir une idée globale sur tous les dossiers, les considérer de tous les angles et doit en tenir compte pour préserver l’intérêt du pays à long terme.
  6. Rester simple et pratique : un président doit (aurait dû) présenter des solutions simples, pratiques et réalisables pour traiter les dossiers et problèmes qui se présentent.
  7. Optimiser et automatiser : un président doit (aurait dû) revoir ses activités, faire un bilan, corriger et améliorer de manière continue.

Pour le modèle COBIT, on parle de 5 principes pour bien gouverner :

  1. Répondre aux besoins des parties prenantes : un président doit (aurait dû) synthétiser les attentes de ses sujets et toutes les parties prenantes pour y répondre.
  2. Couvrir l’entreprise de bout en bout : un président doit (aurait dû) considérer les sujets dans leur globalité et ne pas oublier des aspects importants.
  3. Appliquer un référentiel unique et intégré : un président doit (aurait dû) ne pas perdre de vue ce que dit la Constitution dans un 1er temps et les lois du pays dans un 2eme temps.
  4. Faciliter une approche globale : un président doit (aurait dû) avoir une idée globale sur tous les dossiers, les considérer de tous les angles et doit en tenir compte pour préserver l’intérêt du pays à long terme.
  5. Distinguer la gouvernance de la gestion : un président doit (aurait dû) faire la part des choses entre le travail d’un président, d’un parlement et d’un gouvernement et de toutes les administrations qui en découlent.

Pour finir, il est facile de constater que les référentiels ITIL et COBIT peuvent facilement orienter des entreprises, des groupements, et même les états à distinguer et à organiser leurs activités et à les prioriser.

Tout ce que je viens d’exposer concernant les élections présidentielles, reste bien évidement valable et transposable pour les élections législatives.

A bon entendeur… !

Anis Khlifi: Expert ITIL

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com