Societe

Par Imed Derouiche : Fakhfekh, un cas d’école et une vraie chance pour la Tunisie

Apres l’épisode Jemli avorté par les manœuvriers politiques pour manque de charisme, la nomination de Fakhfekh dont le choix était dicté par les visiteurs de la nuit du Palais de Carthage a surpris tous les observateurs et l’intéressé lui-même. En entérinant l’intronisation de Fakhfekh à la Kasbah, Kais Said a cédé aux sirènes des aigris et des perdants des élections présidentielles et a commis une erreur de casting manifeste car le candidat surprise à la primature n’était prêt ni politiquement du fait de la décomposition de son parti Ettakatol ni personnellement car il vaquait légitimement à ses affaires et à son business.

Par ces temps de turbulences politiques, la primature n’est pas une sinécure et si Kais Said a fauté en ignorant les candidats des partis et en nommant Fakhfekh, ce dernier a bafoué en acceptant le poste surtout avec son isolement politique et ses activités entrepreneuriales. La concomitance entre politique et affaires, si elle peut paraître légal juridiquement est immorale et incongrue car l’amalgame est soupçonneux et la confusion des genres est suspicieuse.

La révélation du contrat de 45 Millions de dinars entre la société de Fakhfekh et l’Etat a pris de court l’intéressé lui-même et ses alliés d’Ettayar et les a acculé dans leurs derniers retranchements. Les farouches défenseurs de l’exemplarité et les chantres de l’intégrité sont dans une impasse infranchissable face à cette confusion de genres entre politique et argent. S’acharner à défendre Fakhfekh, coupable moralement de conflits d’intérêts et blâmable politiquement pour sa double nationalité vont restreindre le champ de bataille des portes voix d’Ettayar qui perdront leur crédibilité politique face à leurs contradictions morales d’autant qu’un de leurs ténors, Ghazi Chaouachi est touché aussi par une affaire de conflits d’intérêt.

Avec tous ses griefs, le discours d’austérité pour le petit peuple, les appels à la patience pour les jeunes d’Al Kammour et les discours pompeux d’exemplarité morale et politique de l’actuel gouvernement sont devenus inaudibles. Comment convaincre les tunisiens à la droiture alors que le sommet de l’Etat est incliné comme la tour de Pise ? Comment convaincre les chômeurs que les caisses sont vides alors qu’il s’est octroyé un contrat de 45 Millions de Dinars? Comment justifier les retenues de solidarité pour les retraités alors que l’Etat est le payeur des contrats du chef de la Kasbah ?

Si sur le plan national la situation du Gouvernement est embarrassante, sur le plan international, sa position est encore plus incommodante vis-à-vis des bailleurs de fonds comme la banque mondiale ou le FMI dont les prérequis fondamentaux sont la transparence et l’exemplarité.

C’est une véritable cacophonie qui règne et qui indispose tous les acteurs politiques. Du Président de la République qui veut s’affranchir de son erreur de nomination, à Fakhfekh qui n’a pas évalué la justesse de son accession à la primature avec l’exercice de ses affaires, à ses alliés d’Ennahdha qui lui ont accordé leur confiance en passant par ses nouveaux inféodés d’Ettayar dont le capital politique est dilapidé par avidité de pouvoir et par cupidité.

La boucle du mensonge par omission est désormais bouclée et Fahkfekh se voit acculé à 3 scénarios, céder au chantage politique de ses bienfaiteurs d’Ennahdha en élargissant le Gouvernement à Qalb Tounes pour se maintenir au pouvoir ou faire amende honorable en reconnaissant ses erreurs et soumettre comme l’a fait, Habib Essid, la confiance de son gouvernement au vote du parlement.  Nonobstant l’issue de manœuvres politiciennes et des guerres de tranchées en coulisses, il appartient au Président de la République de ne pas réitérer son erreur et d’opter pour un choix purement politique avec un candidat proposé par les partis les plus représentés au parlement et qui ne sera concerné ni par des suspicions des conflits d’intérêts ni par des pratiques moralement répréhensibles.

Wait and see

Imed Dérouiche

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut