Par Maher Ben Ghachem : Ils parleront encore à sa place

Lire est nécessaire pour retracer l’histoire qui n’est qu’un éternel recommencement. Le livre de Hella Ouardi « Les derniers jours de Mahomet » est pour moi une référence pour comprendre la guerre de succession qui s’ouvre quand un leader est en fin d’exercice.

Les derniers jours de BCE restent une énigme car le déroulement s’est passé dans la plus grande « discrétion » avec des déclarations laconiques sur son état de santé. Beaucoup de questions restent posées et les pires théories de complot circulent sur les réseaux sociaux et souvent en in box, probablement des intox. Je reste clairvoyant et veux bien croire à une « intoxication alimentaire » mais nous souhaitons aussi connaître la vérité sur une éventuelle « prise d’otage » du Président de la République à des fins politiques quels qu’en soient les mobiles et la justesse des décisions qu’il a prises ou qu’on lui a fait prendre puisqu’il s’agit d’un non respect de la Constitution.

Certains auront l’indécence « de faire parler le défunt » soit en diffusant des enregistrements vocaux soit en faisant « des interviews orientées » de ses proches qui exprimeront à sa place ses « dernières volontés ». Tout le RESPECT exprimé durant les 48h précédant l’annonce de sa disparition risque d’être sérieusement malmené dans les prochains jours. Pour avoir fréquenté BCE régulièrement, au moins deux fois par mois, durant sa retraite politique en période de Dictature ( 1992-2011), pour avoir commenté avec lui l’actualité politique dans des discussions avec des opposants comme le défunt Hichem Gribaa , paix à son âme, j’ai pu apprécier sa vivacité d’esprit, sa culture et son parcours politique qu’il a exprimé dans son livre sur Bourguiba, (Le bon Grain et l’Ivraie). Nos familles étaient très proches, c’était surtout l’ami de mon père.

Bien évidement j’ai voté pour lui en 2014 et comme la plupart des modernistes, la déception fut grande de voir l’implosion du parti qui avait battu les islamistes. A posteriori on peut le lui reprocher, mais dans ces reproches il ne faut pas oublier d’adresser des blâmes à tous ceux qui l’entouraient au moment de la victoire en 2014 et qui pensaient déjà a sa succession, pariant sur sa disparition rapide et oubliant l’intérêt du pays.

Ces « rapaces » montraient déjà des dents longues, ce qui l’agaçait profondément, au point de confier à la fin le parti à « celui qui ne le trahirait jamais ». Ce que je constate aujourd’hui, c’est que certains ont eu le culot de lancer par procuration une campagne électorale alors qu’il n’était même pas enterré et malheureusement certains n’attendront pas la fin des 7 jours de deuil pour le faire parler et n’hésiteront pas à profaner son image. A la place des chevaux qui l’ont traîné à son arrivée au palais de Carthage et ceux qui l’ont accompagné à sa dernière demeure on peut imaginer à leur place des hyènes pensant déjà à déchiqueter la carcasse du pouvoir…. Ils se reconnaîtront.

Nous sommes nombreux à avoir contribué à son élection méritée et nombreux aussi à avoir été déçus de voir « l’appel de la Tunisie » laissant le champ libre aux islamistes. Nous sommes nombreux à l’avoir critiqué car nous étions inquiets pour l’avenir de nos enfants face à la menace obscurantiste. Nous sommes nombreux à avoir milité avec lui, contre ces islamistes sans rien demander en retour que de les voir neutralisés.

Nous sommes nombreux à n’être intéressés ni par un poste politique ni  par une fonction. NOUS SOMMES NOMBREUX À N’ÊTRE QUE DES MÉCÈNES DE LA POLITIQUE POUR PÉRENNISER L’HERITAGE de BOURGUIBA !!!

Enfin nous sommes nombreux à être inquiets pour les prochaines élections tant l’incertitude règne, alors qu’on aurait pu surfer tranquillement sur le succès de 2014.

Je présente mes sincères condoléances à la famille du défunt, étant profondément marqué par sa disparition.

Maher Ben Ghachem, Ancien Professeur à La Faculté de médecine – Ancien Interne des Hôpitaux de Paris.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut