Economie

Pour Fayçal Derbel, les décibels seraient plus dangereux que 2200 millions de dinars de crédits injustifiés !

Pour Fayçal Derbel, les décibels seraient plus dangereux que 2200 millions de dinars de crédits injustifiés !

Le député nahdhaoui et rapporteur de la commission des finances du palais du Bardo, Fayçal Derbel a été victime d’un « malaise », mardi 2 février courant, lors de la séance plénière, provoqué selon certains de ses collègues, par le bruit du mégaphone utilisé par les députés du Parti Destourien Libre (PDL).

La vice-présidente du Parlement, Samira Chaouachi a appelé un médecin en urgence pour ausculter le député qui était avant d’avoir un malaise occupé avec sa commission à faire passer des projets de lois de crédits extérieurs de l’ordre 600 millions d’euros, soit l’équivalent de 2 milliards de dinars, que les députés du PDL et particulièrement Abir Moussi tentaient, par tous les moyens, d’arrêter, arguant du fait que ce sont des crédits injustifiés et sans objet comme d’ailleurs la plupart des crédits obtenus depuis 2011 et dont l’encours dépasse actuellement les 100 milliards de dinars (30 milliards d’euros).

Il s’agit d’un prêt extérieur, dit d’appui aux réformes dans le secteur bancaire et financier pour 100 millions d’euros (330 millions d’euros) ayant, théoriquement, pour objectif l’amélioration de la gestion des finances publiques et le renforcement du financement des PME souffrant déjà de la morosité économique et de l’absence de soutien depuis le début de la pandémie.

Il s’agit en outre, d’un autre crédit de 150 millions d’euros (690 millions de dinars) dont l’« objet » est entouré de flou puisqu’il a été présenté comme un prêt visant le financement des réformes relatives à la gouvernance des établissements publics et l’inclusion économique et sociale.

Le troisième concours extérieur porte sur une enveloppe de 350 millions d’euros, soit l’équivalent de 1150 millions de dinars dont le but annoncé est l’« appui » des réformes économiques et la promotion d’une croissance créatrice d’emplois en vue d’améliorer les conditions de vie des Tunisiens.

Cumuler en une seule journée trois crédits extérieurs injustifiés et flous pour le montant colossal de 2170 millions de dinars, selon les normes internationales qui indiquent que tout crédit public doit avoir un objet précis et des répercussions quantifiables en termes d’investissement, est nettement plus dangereux que les décibels du mégaphone des députés du PDL et la contestation justifiée de certains députés contre l’endettement odieux.

Espérons tout de même un bon rétablissement au député Fayçal Derbel qui a eu la chance de trouver Rached Ghannouchi, président de l’ARP, à son chevet…

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut