Economie

Pourquoi les tunisiens fuient-ils en masse leur pays?

Pourquoi les tunisiens fuient-ils en masse leur pays?

Le président de la république, Kaïs Saïed, s’est rendu hier dimanche 2 août 2020 au port maritime de Sfax et à la zone maritime de la garde nationale de Mahdia, pour s’enquérir de la promptitude de la garde nationale à lutter contre le fléau de la migration clandestine suite à sa montée record, dernièrement, dans la zone.

Le Chef de l’Etat a mis l’accent sur le rôle de la garde maritime pour mettre un terme à ce fléau, tout en dénonçant ceux qui exploitent la misère humaine, en allusion aux organisateurs des traversées maritimes clandestines. Il a appelé à renforcer la coopération régionale et internationale en vue de trouver de nouvelles solutions pour réunir les circonstances propices au maintien des migrants dans leur pays d’origine, en leur assurant l’emploi qui préserve leur dignité. Toutefois, le problème est beaucoup plus complexe…

En effet et selon plusieurs rapports dont notamment ceux du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), la Tunisie s’est transformée depuis quelques années et à un rythme frénétique en une véritable plaque tournante de la migration clandestine en méditerranée et ce, sur fond d’une recrudescence de trafics liés à la traite des êtres humains.

Selon les statistiques du FTDES, 3977 migrants ont tenté de voyager illégalement au 1er semestre de 2020 contre 961 durant la même période de l’année précédente. Au mois de juin, 1611 personnes ont tenté de franchir en cachette les frontières. Plus de la moitié des migrants étaient des Tunisiens (57,84%) contre 42,16% de nationalités étrangères.

Les mêmes chiffres montrent que la majorité des tentatives de migration irrégulière ont été déjouées à Sfax (38,13%). 20,33% de ces tentatives ont été mises en échec à Nabeul, 11,86% à Mahdia, 11,44% à Monastir, 7,2% à Tunis et 3,81% à Sousse.

En revanche, 1564 migrants sont parvenus à atteindre les côtes italiennes au premier semestre de l’année en cours contre 596 durant toute l’année 2019 et 3023 en 2018.

La montée en flèche de la migration clandestine s’explique par la déliquescence sans précédent de l’état. La Tunisie est devenue un pays sans avenir où la dignité humaine est bafouée dans tous les sens par un système politique qui a ruiné l’économie et la société.

Evidemment, il faut s’attendre à des vagues de migrations différentes avec des profils de migrants de plus en plus variés et formés de docteurs, ingénieurs, cadres, techniciens qualifiés, familles etc.

Notons que certains observateurs croient que la migration clandestine est une aubaine qui profite à ceux qui veulent évacuer les vagues de revendications sociales vers la mer.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut