news

Rafik Abdessalem: «Le Gouvernement a le droit de défendre l’ordre et l’intérêt public»

Rafik Abdessalem:  «Le Gouvernement a le droit de défendre l’ordre et l’intérêt public»

Rafik Abdessalem ministre des Affaires étrangères a souligné la légitimité de l’actuel Gouvernement, affirmant qu’il n’est “ni hésitant ni confus, ou faible, car il est élu par la volonté populaire».

Commentant les affrontements ayant opposé dernièrement manifestants et policiers à Tunis, en marge de la commémoration de la fête des martyrs du 9 avril 1938,  Rafik Abdessalem a, affirmé dans une interview,, samedi 14 avril 2012, avec le  journal «Al-Arab Al-Yom» que «ce gouvernement a le droit de défendre la loi et l’intérêt public ».

Mettre une ligne de démarcation entre l’anarchie et la liberté

Il a souligné que le Gouvernement veille à établir “une ligne de démarcation claire entre l’anarchie et la liberté”.

Il a rejeté la responsabilité des affrontements du lundi 9 avril 2012, à ce qu’il a décrit comme «un groupe qui voulait faire une scène de démonstration à montrer aux autres capitales du monde pour dire que les libertés sont violées en Tunisie, ce qui n’est pas correct”.

Dans cette interview Rafik Abdessalem a évoqué un certain nombre de questions arabes et régionales et plus particulièrement le dossier syrien, affirmant que son pays ne peut que soutenir les revendications légitimes du peuple syrien.

Un sommet de l’UMA en octobre prochain

Dans le dossier du Maghreb arabe, il annoncé que la Tunisie a proposé le mois d’octobre prochain comme date du prochain sommet des pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), destiné de sortir de ce regroupement régional de l’impasse.

Il a précisé que les pays de l’UMA seront représentés au plus haut niveau et que le sommet se penchera sur la promotion de l’intégration maghrébine ainsi que sur l’activation des accords signés depuis le sommet constitutif de l’Union en 1989 à Marrakech.

Pas de reconnaissance des mouvements séparatistes

Rafik Abdessalem a, exprimé, d’autre part, la préoccupation de son pays à l’égard de l’infiltration du terrorisme après les derniers développements dans le Nord du Mali, qui est devenu contrôlé par le Mouvement national pour la libération de “l’Azawad”, la plus grande faction de la rébellion Touareg au Mali et quelques groupes radicaux islamiques. Ils ont proclamé ces dernières semaines l ‘«indépendance de l’Azawad”.

Il a souligné que la Tunisie ne reconnaît jamais les mouvements séparatistes, affirmant que nous soutenons l’unité du Mali.

Des détenus tunisiens en Irak seront remis prochainement

Evoquant les prisonniers tunisiens en Irak, Rafik Adessalem  a indiqué qu’un accord de principe a été conclu avec les autorités irakiennes pour libérer les personnes arrêtées et contre lesquelles aucune peine n’a été prononcée.

En ce qui concerne les tunisiens détenus en vertu d’un verdict de justice, l’accord avec l’Irak stipule qu’ils seront remis à la Tunisie pour passer le reste de leur peine dans les prisons tunisiennes.

Il a affirmé que des prisonniers seront remis prochainement aux autorités tunisiennes.

Pour les tunisiens détenus dans la prison de Guantanamo, il a indiqué que des négociations sont en cours, soulignant la volonté de la Tunisie de protéger les droits politiques et civils de ses citoyens, affirmant que le droit international doit servir de référence pour trancher dans cette affaire.

Il a affirmé que ceux qui ne sont pas impliqués dans des actes de terrorisme doivent être libérés.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut