Remettre la Tunisie au travail – Par Maher Ben Ghachem

Le jour du 1er Mai

Fête du travail

Une belle occasion pour les tunisiens de se réconcilier avec l’envie de travailler dans leur pays.

C’est sur leur terre qu’ils s’épanouiront le plus.

Rêver d’émigration est le souhait de tous les jeunes. Moi même j’ai quitté en 1973 pour intégrer la faculté de médecine de Paris et une fois ma formation terminée j’ai vite fait, en 1981, de retourner au bercail abandonnant même la possibilité d’être naturalisé français.

Quand j’entends certains blogueurs dire à la télévision qu’ils ne se reconnaissent  plus dans le drapeau tunisien et qu’ils rejettent un morceau de l’hymne national « namoutou namoutou ou yahya El watan » remettant la notion de patriotisme qui peut nous pousser à mourir pour sauver notre pays!

Les inégalités sociales et les laissés pour compte existent dans tous les pays.

Vouloir tout casser pour reconstruire est une vue anarchiste non constructive.

Je veux proposer et je suis en train d’y travailler avec quelques amis sur un projet d’une Tunisie dans 20 ans. J’ai peu de chance d’être de ce monde à ce moment mais je souhaite laisser un bel héritage à nos enfants.

Dans 20 ans, le tunisien doit retrouver tous les ascenseurs sociaux en place.

La culture, le sport, le bagage scientifique et philosophique pour s’épanouir et trouver son bonheur dans ce qu’il aime faire.

Depuis des millénaires et de par sa position géographique au centre de la Méditerranée, la Tunisie a été traversée par tous les courants et a constitué un des passages obligatoire de l’orient vers les côtes atlantique.

L’avenir n’est pas en Europe et encore moins en France…La France, pays où la révolution a eu lieu il y a 230 ans et avec une démocratie bien ancrée vit la pire crise sociale des 20 dernières années. Nos émigrés se font traiter de « bougnoules » en travaillant dans la précarité ou se joindre aux gilets jaunes?

Le Canada qui ouvre ses bras grands ouverts, plus accueillants avec une meilleure intégration des étrangers à la manière américaine, semble encore une destination attirante, mais un climat rigoureux avec des périodes de froid polaire loin de notre climat tempéré avec notre beau soleil et nos belles traditions donnant une qualité de la vie inégalable.

Alors il faut tout faire pour construire NOTRE pays.

Il faut tout faire pour réconcilier tous les tunisiens avec leur drapeau.

Il faut tout faire pour ne garder des 60 années passées que le meilleur et réparer les injustices commises.

En ce jour du 1er Mai je souhaite la réconciliation de la nation, pardonner à ceux qui nous ont mis dans cette situation.

La Tunisie a besoin de tous ses enfants  

Tahya Tounes!

Maher Ben Ghachem, Ancien Professeur à La Faculté de médecine – Ancien Interne des Hôpitaux de Paris.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com