Monde

Sarkozy retire sa confiance au régime syrien

Nicolas Sarkozy a déclaré vendredi que la France retirait sa confiance au régime syrien du Président Bachar al Assad, dont il a laissé entendre qu’il devrait partir s’il ne s’amendait pas.

Jamais jusqu’ici le président français, qui s’exprimait à l’issue du sommet du G8 à Deauville, n’avait eu de mots aussi durs à l’égard du dirigeant syrien, avec qui il a tout fait pour renouer le contact au début de son quinquennat. Bachar al-Assad a envoyé des chars et fait tirer à balles réelles sur les manifestants syriens qui contestent son régime depuis la mi-mars dans la rue et des centaines d’entre eux ont été tués, tandis que de nombreux autres ont été arrêtés. Nicolas Sarkozy a jugé cette situation «parfaitement inacceptable» et l’attitude du pouvoir syrien «choquante».

Obama donne l’exemple

Il a donné raison au président américain Barack Obama, qui a récemment mis en demeure Bachar al Assad d’assurer rapidement une transition démocratique dans son pays ou de partir. «Est-ce que j’aurais pu dire cela ? Oui», a déclaré le président français en réponse à une question d’un journaliste. «Si vous voulez me faire dire que nous suivons le bon exemple du président Obama, ça ne pose aucun problème, oui.»

La France a «tout fait pour ramener la Syrie»

Il a estimé que la France, qui avait invité Bachar al Assad aux cérémonies du 14 juillet à Paris en 2007, avait quelque crédit pour lancer le même avertissement au régime syrien. «Nous avons tout fait pour ramener la Syrie dans le concert des nations», a-t-il expliqué. «Malheureusement, j’ai le regret de dire que les dirigeants syriens font une formidable marche en arrière», a-t-il ajouté. «La France, dans ces conditions, retire sa confiance et dénonce ce qui doit être dénoncé».

Le G8 dénonce la violence du régime

Dans sa déclaration finale, le G8, qui comprend la Russie, dont la Syrie est traditionnellement un allié, dénonce «l’emploi massif de la violence» et les«violations graves et répétées des droits de l’homme» dans ce pays. Le G8 appelle les dirigeants syriens à cesser immédiatement de recourir à la force et à l’intimidation, à répondre aux aspirations de leur peuple et à libérer les prisonniers politiques.

Source : AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut