Monde

Syrie: Assad promet le dialogue et les armes ne cessent de “parler”

Les forces de sécurité syriennes ont à nouveau fait parler les armes vendredi, tuant six personnes au moment où le gouvernement de Bachar al Assad promettait l’ouverture d’un “dialogue national” en Syrie dans les prochains jours.

Les victimes ont été tuées à Deraa, berceau de la contestation anti-Assad dans le Sud, à Kaboun, dans la banlieue de la capitale, Damas, et à Homs, dans le centre du pays, a indiqué un des opposants au pouvoir, Razan Zaitouna.

Un autre militant pour la démocratie a rapporté que la police avait ouvert le feu sur une manifestation nocturne à Maïadine, blessant quatre civils.

Selon lui, la répression s’est intensifiée au cours des derniers jours dans une région tribale proche de la frontière irakienne qui assure la majeure partie de la production pétrolière syrienne.

Des organisations non-gouvernementales ont évalué à 700 le nombre de tués depuis le début de la contestation mais les violences ont semblé moins importantes après les grandes prières de ce vendredi qu’elles ne l’avaient été précédemment.

Les manifestants ont paru moins nombreux que lors des rassemblements antérieurs du vendredi dans les zones où l’armée syrienne a déployé des troupes et des blindés.

“Des signes indiquent qu’Assad est peut-être en train de changer de stratégie, probablement en réaction à la pression internationale”, a dit un diplomate occidental à Reuters. “Il y a eu moins de fusillades mais le fait que les gens soient allés manifester malgré l’imposant dispositif de sécurité est remarquable”, a-t-il ajouté.

C’est dans ce contexte de tensions que le ministre de l’Information, Adnan Hassan Mahmoud, a annoncé à la télévision que Bachar al Assad allait engager “un dialogue national dans toutes les provinces dans les prochains jours”.

Mahmoud a précisé que des unités de l’armée ont commencé à évacuer la ville côtière de Banias et ont achevé leur retrait de Deraa bien que des habitants aient signalé la présence de chars devant les mosquées.

Pour les opposants, le dialogue politique annoncé vendredi ne pourra être envisagé sérieusement qu’une fois libérés les milliers de détenus politiques et une fois établies la liberté d’expression et celle de réunion.

Source: AFP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut